La culture d’entreprise, aussi appelée culture organisationnelle, reflète l’ensemble des valeurs portées par une société. Elle prend corps à tous les niveaux de la structure, depuis les principes de management et les relations avec les salariés jusqu’aux missions et objectifs qu’elle poursuit. Souvent négligée par les employeurs, elle constitue pourtant un vecteur de force et de cohésion au sein d’une entreprise. Elle doit être peaufinée au fil du temps et de l’évolution des tendances professionnelles.

Pourquoi la culture d’entreprise est-elle essentielle?

Loin d’être accessoire, la culture organisationnelle constitue le ciment d’une entreprise. Elle permet de forger sa marque employeur pour se distinguer de la concurrence. Et à l’heure de l’après-Covid où les offres d’emploi trouvent difficilement preneur, les grandes sociétés tout comme les PME ont justement besoin de se rendre attractives sur le marché du travail. En élaborant une culture organisationnelle différenciée, les entreprises disposent d’un levier fort pour attirer les talents et renforcer leur loyauté, diminuant ainsi le turnover et les dépenses de recrutement. Lorsque les collaborateurs sont en phase avec les valeurs de la société pour laquelle ils travaillent, ils se montrent en outre plus motivés et engagés. Résultat: leur productivité et la qualité de leur travail s’en ressent, l’expérience client est au top et les bénéfices de l’entreprise s’envolent.

Pourquoi adapter et changer sa culture d’entreprise en 2023?

Les temps changent… et cette affirmation n’a jamais été aussi vraie que depuis l’irruption de la pandémie. Une culture organisationnelle ne peut donc rester figée, au risque de pérenniser des pratiques poussiéreuses datant d’une époque révolue. Au contraire, elle est un levier de résilience qui doit prendre en compte les évolutions sociales, économiques et culturelles afin de permettre à votre entreprise de rester dans la course. Or, depuis 2020, nous assistons à une avalanche de révolutions dans le milieu professionnel:

Face à ces changements constants et rapides, les RH doivent affiner et adapter leur culture d’entreprise en permanence. Leur mission est d’en redéfinir les contours au gré des évolutions sociales, mais aussi de susciter l’adhésion des collaborateurs aux valeurs de l’entreprise.

Culture d’entreprise: quels axes privilégier?

Une culture d’entreprise est bien évidemment propre à chaque structure. Voici toutefois quelques pistes à exploiter pour mobiliser ses collaborateurs autour de valeurs communes.

  1. Une communication collaborative

Engagez la conversation sur tous les sujets, sans tabou: promotions, méthodes de management, organisation interne, satisfaction des salariés, attractivité des missions, relations hiérarchiques, etc. Laissez la parole circuler entre les différentes strates de votre structure. Enquêtes, sondages ou live-vidéo permettront de maintenir le dialogue et d’inclure vos collaborateurs dans l’amélioration du fonctionnement de votre entreprise.

  1. Une cohésion sans frontière

Nombreuses sont les entreprises qui disposent de filiales ou d’antennes dispersées sur le territoire national ou à l’international. L’objectif est donc de souder les salariés autour d’une vision commune des missions et des valeurs de la structure. La cohésion doit aussi être renforcée pour les collaborateurs en télétravail. Rien de tel pour garder le contact avec eux que des rituels par Teams ou Slack. Apéros ou pauses café en distanciel permettent d’éviter l’isolement et de créer un sentiment d’appartenance.

  1. Une vision du travail centrée sur la reconnaissance

La satisfaction des salariés augmente lorsqu’on reconnaît régulièrement leur mérite. Une étude Moodwork 2022 montre que 41% se disent plus motivés et 26% en sont fiers. Alors, ne lésinez pas sur les marques de gratitude: avantages financiers, cadeaux, remerciements verbaux, tableau d’honneur mensuel, célébration des «winners» de l’année… Mixez les récompenses et graduez-les en fonction du mérite à valoriser.

  1. Une culture d’entreprise pleinement incarnée

Rien ne sert de construire une culture organisationnelle en béton si elle n’est pas appliquée par la hiérarchie. Elle doit au contraire être incarnée à tous les niveaux, y compris par la direction et les managers. Emulation garantie.

  1. Une team melting-pot

Selon une étude OpinionWay, 85% des salariés prônent l’inclusion et la diversité dans le milieu professionnel. Tournez donc les nouvelles modalités de recrutement à votre avantage. Les «speed recruiting» sont l’occasion de rencontrer des profils inattendus, qui viendront diversifier votre masse salariale et ajouteront de nouvelles cordes à votre arc.

  1. Une économie de main-d’œuvre circulaire

Vous vous êtes doté des meilleures recrues et tenez à les garder? Capitalisez sur leur évolution en interne, en faisant de la formation continue la pierre angulaire des parcours de carrière. Appli disponible sur tablette ou smartphone, visioconférence ou coaching, jouez sur les types de formations en vogue. Ainsi, vous galvaniserez vos collaborateurs et leur montrerez que vous croyez en leur potentiel. Idéal pour mettre un point d’orgue à une culture d’entreprise centrée sur la confiance et les valeurs humaines.

Pour un employeur, la fidélisation des employés est le saint graal qui fait qu’une organisation peut voguer à un rythme de croisière sans s’inquiéter. Conserver la loyauté des salariés et éviter le turnover n’est toutefois pas une mince affaire. Leur fidélisation est conditionnée à une multitude de facteurs qui ne sont pas toujours maîtrisables par l’entreprise. Voici les principaux points noirs qui augmentent la rotation du personnel et quelques pistes pour y remédier.

Top 5 des facteurs favorisant le turnover

La fidélisation des salariés est étroitement liée à leur engagement dans l’entreprise. Or, selon une étude Gallup de 2022, la motivation des employés n’atteint pas un niveau très réjouissant puisque seuls 20% des hommes et 23% des femmes s’estiment investis dans leur travail. L’engagement des salariés les plus jeunes est par ailleurs plus majoritairement en berne. Pour les RH, les points de vigilance à surveiller sont donc multiples.

1. Des missions peu intéressantes

Le collaborateur moderne a besoin d’un travail qui a du sens et qui lui apporte un épanouissement quotidien. Le brown-out est en effet l’une des premières causes de démission. Ce phénomène désigne la déconnexion des salariés par rapport à des missions qui leur paraissent inutiles. Dans ce cas, les collaborateurs ne se sentent pas investis d’un rôle gratifiant leur permettant de développer un sentiment de fierté.

2. L’absence de perspectives

L’impossibilité d’évoluer sur d’autres postes ou la difficulté à prendre du galon sont de mauvais signaux adressés à vos salariés. Elles se traduiront forcément par de l’ennui et de la démotivation qui pourront avoir des conséquences graves sur la qualité de leur travail: négligence dans les tâches, perte d’efficacité, marge d’erreur plus grande et baisse de productivité. Face à la frustration de tourner en rond et à un avenir professionnel sans ouverture, vos collaborateurs seront à l’affût de meilleures opportunités offertes par vos concurrents.

3. Un environnement de travail sans attrait

La satisfaction des salariés ne tient parfois qu’à un fil. Si l’ambiance entre collègues ou avec la hiérarchie se dégrade dans votre entreprise, ils prendront la poudre d’escampette dès que l’occasion se présentera. Selon une enquête menée par le cabinet Ayming, 80% des employés européens estiment que la qualité des relations sociales au travail est cruciale. Conflits et médisances entre collègues, tensions avec les managers, maladresses de communication constituent un cocktail explosif qui ne favorise pas la rétention du personnel. Si vous ajoutez à cela des locaux vétustes et mornes, des équipements et des outils dépassés et peu ergonomiques, le malaise des collaborateurs sera grandissant.

4. Une charge de travail inadaptée

Trop de dossiers à gérer en un temps record, trop de pièces à produire dans la journée… C’est évidemment la porte ouverte au burn-out et au stress. Selon le cabinet Gallup, 44% des employés se considèrent stressés au travail, ce qui est considérable. Le bore-out est aussi un mal qui ronge les salariés les plus motivés. À l’inverse du burn-out, il résulte d’une quantité de travail insuffisante et d’une faible diversification des tâches. Les journées peuvent devenir très longues quand le travail manque de consistance. Et le sentiment d’inutilité peut rapidement pointer le bout de son nez…

5. Le manque de reconnaissance

Voilà un curseur qui diminue grandement la loyauté des employés envers une entreprise. À quoi bon être fidèle à un employeur qui ne récompense pas ses salariés pour leurs efforts? L’absence de reconnaissance ne peut que fragiliser la motivation et l’engagement collaborateur.

Les stratégies pour fidéliser vos employés

Selon la compagnie Globoforce, 39% des RH estiment que leur défi majeur consiste à maintenir l’engagement de leurs salariés afin de retenir les talents. Compte tenu de la diversité des facteurs de démotivation, il est nécessaire de déployer une approche multidimensionnelle basée sur 4 volets.

1. Le développement personnel

Pour être épanouis professionnellement, les salariés ont besoin d’élargir leurs compétences et de découvrir de nouvelles activités. Vous pouvez les y aider en mettant en œuvre un plan de formation diversifié, permettant de développer leur employabilité sur d’autres postes ou services de votre structure. Bien consciente du potentiel de la formation en matière de rétention du personnel, la société Uber a fait le choix de dédier une équipe « People Development » à cet axe stratégique. En parallèle, donnez aussi la possibilité à vos salariés de s’épanouir personnellement en leur offrant des cours de langues, de musique ou de bricolage. Tout nouvel apprentissage développe les capacités de concentration et d’adaptation de vos collaborateurs, ainsi que leur ouverture d’esprit et leur curiosité. Autant de points positifs pour les entreprises en quête d’excellence et de proactivité.

2. Des avantages employés diversifiés

Les avantages constituent un bon levier de reconnaissance pour vos collaborateurs. La plateforme de Benefits Swibeco vous permet par exemple de proposer à vos salariés des rabais permanents sur de grandes marques dans le domaine de l’alimentaire, du multimédia, de la beauté, de la téléphonie, du sport, etc. Elle vous donne également la possibilité de récompenser vos collaborateurs avec des Swipoints défiscalisés et convertibles en bons d’achat. Et pourquoi ne pas offrir aussi des avantages sociaux attractifs, comme une 6e semaine de congés payés?

3. Une organisation de travail flexible

La flexibilité des organisations de travail joue un rôle clé dans la fidélisation et la satisfaction des salariés. Proposez des horaires à la carte, ainsi que des modes de travail variés (à domicile, sur site, en équipe ou en individuel). La panacée, c’est aussi la semaine de 4 jours qui est adoptée par de plus en plus d’entreprises, comme Welcome To The Jungle. En Allemagne, 71 % des salariés sont favorables à cette mesure selon une enquête Forsa. Chez MV Group, la flexibilité est encore plus grande: c’est à chaque salarié de choisir s’il souhaite effectuer des semaines de 4 ou 5 jours.

4. La cohésion des équipes

La qualité du relationnel est essentielle pour instaurer une bonne ambiance de travail. Cela passe par des espaces de pause conviviaux ou l’organisation d’événements d’entreprise permettant aux employés de nouer des liens plus forts ou de côtoyer leurs supérieurs de manière plus informelle. Jouez aussi la carte du management de proximité afin que les salariés se sentent encadrés et écoutés par leurs responsables hiérarchiques. À moins que vous ne préfériez opter pour un concept plus radical, comme la société Makesense qui a aboli toute hiérarchie depuis 2018!

Tout travail mérite salaire… et bien plus encore à l’heure actuelle! Telle est la devise que les employeurs devraient désormais adopter envers leurs collaborateurs. Alors, ne faites surtout pas l’impasse sur votre programme d’avantages pour booster leur engagement et les fidéliser. Entre productivité renforcée et satisfaction au travail, tout le monde y gagnera au quotidien et sur le long terme.

Avantages employés: un levier de productivité?

Les avantages extra-salariaux, ce sont ces petits bonus qui viennent compléter la rémunération de base en matière de santé, de mobilité, de loisirs, d’alimentation et dans bien d’autres domaines. Ils passent souvent inaperçus aux yeux des collaborateurs, faute d’une réelle communication à ce sujet de la part des entreprises. Et c’est bien dommage, car les Benefits constituent un véritable levier de motivation pour les salariés. Une enquête Barclays révèle ainsi que 12% des employés de la génération Y sont prêts à changer d’employeur parce qu’ils jugent leurs avantages extra-salariaux peu intéressants. C’est dire à quel point les systèmes de Benefits sont devenus primordiaux et même vecteurs de fidélisation des collaborateurs. L’enjeu est d’autant plus crucial que depuis 2020, le rapport de force entre les employés et les entreprises a changé. Ce sont désormais les salariés et les candidats qui mènent le jeu et se montrent exigeants envers leur employeur ou lors des recrutements, les confinements leur ayant fait prendre conscience de l’importance d’être heureux au travail.

Dans la mesure où les récompenses et les avantages salariés sont aussi un outil personnalisable pour témoigner de la reconnaissance pour un travail bien fait, ils sont une véritable source de satisfaction pour les employés. Or, une étude MIT-Harvard révèle que des collaborateurs heureux sont 55% plus innovants et 31% plus productifs. Quant à leur loyauté à l’entreprise, elle est quasiment multipliée par 10! Les avantages extra-salariaux agissent donc comme des remparts contre les vagues d’absentéisme ou de démissions qui touchent actuellement un grand nombre de sociétés. Entre fidélité à l’employeur, engagement plus solide et motivation au beau fixe, les packages de Benefits et les avantages d’entreprise vous garantissent une productivité accrue, régulière et durable dans le temps.

Des avantages, oui, mais lesquels?

Depuis 2020, le monde a changé et les crises se succèdent, rendant le quotidien compliqué, difficile à appréhender et parfois même morose. Votre système d’avantages et de récompenses doit par conséquent s’adapter à cette situation socio-économique inédite et être bâti sur trois grands axes: la santé, la flexibilité et la stabilité financière.

a) Des avantages sur le plan de la santé

Avec la pandémie de Covid et les restrictions qu’elle a engendrées, la santé physique et mentale est devenue une priorité pour tout le monde. Comme elle participe à la productivité des employés, elle constitue un axe incontournable des stratégies RH. Place à des packages d’avantages dédiés au bien-être physique et mental! Selon une étude Glassdoor, 60% des salariés accordent une attention toute particulière à ce type de Benefits, ce qui est considérable. Parmi les pistes qui fonctionnent, vous pouvez proposer une complémentaire santé attractive, créer une application de challenges sportifs entre collègues, comme l’a fait Keolis, ou offrir des abonnements à des salles de fitness. Et pourquoi ne pas miser sur une installation alliant activité physique et décompression? C’est ce qu’a imaginé un cabinet d’audit PwC qui propose une piscine et un espace spa au sein de l’entreprise. Bonne idée, non?

b) Des avantages dédiés à la flexibilité

Avec les confinements successifs, les employés ont découvert le travail à domicile et son lot d’avantages. Autonomie dans le travail, gestion libre de ses horaires, sans oublier qu’ils se sont libérés des embouteillages ou des retards liés aux transports en commun. Bref, ils ont appris à travailler en toute liberté et cette liberté professionnelle est aujourd’hui devenue un critère de satisfaction essentiel pour les salariés en poste ou les personnes en recherche d’emploi. Parmi les avantages offrant une grande autonomie, le télétravail ne doit plus être une option temporaire. La plupart des entreprises l’ont inscrit dans leur règlement interne et l’autorisent 2 à 3 jours par semaine. Certaines sociétés, comme ManoMano, vont même plus loin en laissant les salariés recourir au télétravail autant qu’ils le souhaitent. Quant à l’entreprise PayFit, elle a totalement modifié son fonctionnement en instaurant le 100% télétravail. Mais la liberté passe aussi par les périodes de repos. Faites comme OpenClassrooms et offrez à vos collaborateurs des vacances illimitées.

c) Des avantages favorisant la sécurité financière

La guerre en Ukraine a déstabilisé le monde entier. Elle a fait grimper en flèche l’inflation et la vie devient de plus en plus chère. Malgré les dispositifs mis en place par les gouvernements de tous les pays, les produits de première nécessité ne sont pas épargnés et le pouvoir d’achat des gens est en berne. Compte tenu de ce contexte économique, les employés sont en quête d’une stabilité financière à laquelle vous pouvez contribuer grâce à des avantages comme ceux que propose Swibeco. Offrez à vos salariés des rabais permanents sur de nombreuses enseignes dans le domaine de l’alimentation, de l’habillement, de la téléphonie, des transports ou de l’essence, indispensables au quotidien. Récompensez-les avec des Swipoints 100% exonérés d’impôts convertibles en bons d’achat. Ou pensez à contribuer aux frais de repas de vos collaborateurs, par exemple avec la Lunch Card de Swibeco qui est acceptée dans tous les restaurants, take-aways, boulangeries, fast-foods et autres commerces alimentaires de Suisse. Avec ces dispositifs, vous donnerez un coup de pouce appréciable au budget de vos collaborateurs.

Le profil du collaborateur parfait peut se résumer en trois mots: motivation, performance et enthousiasme. Ce trio de compétences recouvre en fait tout ce qui a trait à l’engagement des salariés dans une entreprise. Le problème étant qu’un collaborateur investi ne l’est pas forcément ad vitam aeternam. Le risque est évidemment de voir le désengagement de certains employés nuire au bon fonctionnement de votre société et d’entraver sa réussite.

 

Désengagement collaborateurs: 4 conséquences pour les entreprises

Le désengagement et la démotivation des salariés peuvent relever de différentes causes au sein d’une entreprise: rémunération peu attractive, valorisation insuffisante du travail, management irrespectueux, charge de travail excessive, etc. Quels qu’en soient les motifs, les RH ne doivent surtout pas adopter la politique de l’autruche en faisant mine d’ignorer le phénomène. Car un employé désengagé et a fortiori plusieurs peuvent avoir des effets délétères sur une entreprise:

1- Une ambiance de travail dégradée

La démotivation est un virus qui s’immisce sournoisement au sein des équipes. Pire, elle est aussi contagieuse que le Covid. Les salariés qui n’ont plus goût à leurs tâches ou se sentent peu considérés par leur employeur critiquent volontiers le travail, l’entreprise et parfois même les collègues les plus assidus et motivés. Cet état d’esprit ne peut qu’envenimer les rapports entre les collaborateurs et engendrer des conflits. Souvent, les salariés démotivés dans le travail ne le sont pas moins quand il s’agit des événements conviviaux de l’entreprise auxquels ils n’assistent pas. Le désengagement gangrène en fait toutes les strates de l’entreprise, depuis le travail jusqu’aux rapports sociaux.

2- Un déficit en ressources humaines

Le problème avec le désengagement, c’est qu’il accroît le turnover. Il peut en effet se traduire par des démissions qui déséquilibrent les effectifs et donc les charges de travail au sein des équipes. Le manque de motivation agit aussi sur la santé des collaborateurs concernés. Déprime ou dépression peuvent ainsi occasionner une augmentation de l’absentéisme.

3- Une rentabilité en berne

Un employé désengagé est un salarié qui ne met plus toutes ses capacités au service de son travail. Il a plutôt tendance à limiter son investissement au strict nécessaire. Il ne sera pas de ceux qui acceptent volontiers de prolonger leur journée pour boucler un dossier urgent ou qui dynamisent l’entreprise en soumettant à leur manager une idée de projet lumineuse qui leur est venue en rentrant chez eux. Par effet domino, le désengagement des uns entrave la bonne volonté des autres parce qu’ils ralentissent les cadences de travail et la productivité. Selon une étude APICIL et Mozart Consulting menée en 2019 en France, le coût du désengagement s’élève à 14 580 euros par an et par salarié en termes de perte de chiffre d’affaires. Soit une hausse de 9,3% par rapport à 2018!

4- Une image employeur moins attractive

Lorsqu’un salarié manque d’implication, il n’a pas le même enthousiasme qu’un collaborateur motivé. Il ne sera pas aussi efficace pour vendre un produit ou satisfaire les attentes d’un client. De même, il se montrera moins tatillon sur la qualité de son travail et sera moins concentré, ce qui peut conduire à des erreurs. Les relations clients peuvent donc sérieusement en pâtir et l’image de marque de l’entreprise s’en trouver dépréciée.

 

Quelles pistes pour booster l’engagement des salariés?

Le rapport « State of the Global Workplace » effectué en 2022 par Gallup fait un constat alarmant à l’échelle mondiale: seuls 21% des salariés, dont plus majoritairement des femmes, se déclarent engagés dans leur travail. L’Europe se trouve en dernière position avec seulement 14% de collaborateurs engagés, loin derrière les États-Unis et le Canada où 33% des sondés estiment leur engagement satisfaisant. Face à cette réalité, les RH n’ont d’autre choix que de mettre en œuvre une stratégie d’entreprise pour prévenir ce phénomène.

1- Valorisez

Votre culture d’entreprise doit faire la part belle à la valorisation des compétences et à la reconnaissance du travail. Célébrez les réussites et encouragez les initiatives personnelles par des primes salariales ou des récompenses. Ne donnez pas l’impression à vos salariés que seule la rentabilité vous intéresse dans leurs succès. Montrez-leur que vous les considérez pour ce qu’ils ont accompli et que cela mérite bien d’être élu meilleur employé du mois.

2- Sondez

N’attendez pas que le mal soit fait et utilisez tous les moyens à votre disposition pour mesurer la satisfaction de vos collaborateurs. L’IBET (indice de bien-être au travail) constitue un excellent outil pour connaître les facteurs de démotivation au sein de votre structure et mettre en place des actions correctives.

3- Soudez

Selon une étude menée en 2022 par Swibeco, la cohésion d’équipe et les relations de confiance font partie des premiers facteurs de motivation pour 30,4% des salariés suisses. Offrez par conséquent des expériences de team-building à vos employés, donnez-leur l’occasion de se rencontrer de façon informelle autour d’un brunch ou d’un apéro. Encouragez aussi le partage, l’entraide et le travail collaboratif au lieu d’isoler chaque salarié derrière son bureau. La qualité de vie au travail en sera meilleure.

4- Dialoguez

Si vous avez identifié des salariés démotivés, organisez un entretien individuel avec eux pour comprendre les causes de ce désengagement. En laissant la parole se libérer, vous aurez plus de chance de trouver des solutions et de garder les talents auxquels vous tenez.

L’engagement collaborateur est un concept qui s’est imposé dans les années 90 et dont les contours ont évolué au fil des décennies. Devenu un axe incontournable de la stratégie RH, il est à la croisée des chemins d’autres notions phares, comme la motivation, l’investissement et la satisfaction salariés. Bref, il représente un maillon fort des PME comme des grandes entreprises. Petit tour d’horizon du concept d’engagement collaborateur afin d’en faire votre meilleur allié dans la gestion des salariés.

La sociologie du travail avant les années 90

Jusqu’aux années 50, le travail en entreprise est principalement envisagé sous l’angle de la productivité et du rendement. Tout le monde se souvient sûrement des Temps modernes, le fameux film de Charlie Chaplin qui ridiculise la surproductivité à laquelle sont soumis les ouvriers d’usine. Autant dire que les priorités sont la satisfaction client et que le collaborateur en tant qu’individu n’est guère pris en compte.

Heureusement dans les années 50, la sociologie du travail connaît un tournant grâce aux travaux d’Abraham Maslow. Ce psychologue américain élabore la théorie des besoins sous la forme d’une pyramide, qui vient bouleverser la conception du travail. Voici les 5 axes définis par Abraham Maslow par ordre d’importance et appliqués au milieu professionnel:

  1. les besoins physiologiques (salaire pour manger);
  2. le besoin de sécurité (stabilité de l’emploi);
  3. le besoin d’appartenance (intégration dans une équipe et au sein de l’entreprise);
  4. le besoin d’estime (valorisation de son travail);
  5. le besoin d’accomplissement (développement de son potentiel et de ses compétences).

La théorie d’Abraham Maslow change ainsi radicalement la place que l’on accorde aux salariés. Ils deviennent le centre d’attention des RH. Dans les années 70, la notion de motivation devient prépondérante. La satisfaction des salariés et leur fidélisation s’imposent progressivement. Le collaborateur devient un acteur privilégié de l’entreprise dont on doit améliorer l’expérience employé.

La naissance du concept d’engagement collaborateur

Dans les années 90, la notion d’engagement collaborateur apparaît pour la première fois dans un article de l’Institute for Employment Studies et dans un rapport de l’Academy of Manager rédigé par William Kahn. Il ne faut surtout pas la confondre avec le workaholisme, qui est un état de dépendance au travail néfaste pour le bien-être du salarié. Au contraire, selon le chercheur Wilmar Schaufeli, l’engagement collaborateur constitue un état d’esprit positif qui contribue à l’épanouissement des employés dans leur entreprise. Il se traduit par une implication forte et une appétence du salarié pour ses missions, une plus grande capacité de concentration dans les tâches qui lui sont confiées et une excellente productivité.

Pour William Kahn, l’engagement collaborateur est en fait lié à la capacité du salarié à être lui-même au travail. Pour cela, il a besoin de se sentir suffisamment en confiance pour envisager de prendre des initiatives. Il doit aussi être fier de son travail et estimer qu’il est porteur de sens à l’échelle de l’entreprise ou de la société. L’engagement salarié est par conséquent plus fort que la simple motivation.

Quelles solutions pour maintenir l’engagement collaborateur?

Rendre l’engagement collaborateur plus prégnant au sein des entreprises est devenu plus que jamais une nécessité pour les RH. Avec la crise du Covid, les salariés du monde entier ont en effet pris conscience que le travail doit rimer avec bonheur et satisfaction au point qu’aux États-Unis, le Big Quit s’est traduit par la démission de 4 millions d’employés par mois en 2021! Voici donc 3 pistes pour renforcer l’engagement collaborateur:

1) Améliorer la qualité du management

Selon le livre Employees First, Customers Second de Vineet Nayar, la qualité de la relation entre une entreprise et ses clients est à l’image de celle qu’elle entretient avec ses employés. Or, pour que le relationnel entre un salarié et son employeur soit au beau fixe, la stratégie managériale doit être qualitative. Ainsi, un management bienveillant permet d’éviter les conflits et tensions, mais aussi de travailler dans un climat serein et productif. Des formations en leadership peuvent s’avérer utiles pour accompagner les managers dans leurs fonctions. Côté collaborateurs, le renforcement de la présence managériale peut aussi être un bon filon, notamment dans le cadre du travail à domicile qui isole les salariés. C’est par exemple le choix qu’a fait la société Sewan en organisant des «mini-visio» matinales avec le manager pour renforcer l’ancrage des salariés en télétravail dans leur entreprise.

2) Favoriser une expérience collaborateur positive

La reconnaissance est sans doute le meilleur moyen de rendre l’expérience collaborateur satisfaisante. Instaurez une politique promotionnelle attractive qui donne envie à vos salariés de s’investir de façon qualitative et leur permet de gravir les échelons rapidement. Mettez aussi en place des avantages sociaux et des programmes de Benefits grâce à des sociétés expertes comme Swibeco. Vous pouvez ainsi proposer des avantages extra-salariaux axés sur le bien-être financier, physique et mental de vos collaborateurs. L’entreprise française Utopies a par exemple misé sur une politique de «Positive Life» favorisant la santé et la zen-attitude de ses salariés: yoga, shiatsu et abonnement Vélib gratuit sont au programme!

3) Développer une culture d’entreprise stimulante

Pour booster l’engagement collaborateur, rendez vos salariés fiers de travailler pour vous. Votre entreprise doit être porteuse de valeurs fortes et impliquée dans des projets solidaires ou sociaux auxquels vous pourrez associer les employés. Par exemple, votre société peut s’engager en faveur de la protection animale, de la faim dans le monde ou de la recherche médicale par le biais de collectes de fonds. Vous favoriserez ainsi l’engagement moral de vos employés à l’égard de votre structure.

Un bon salaire, c’est appréciable, mais il devient encore plus attractif s’il s’agrémente d’une petite cerise sur le gâteau telle que des Benefits extra-salariaux. Ces avantages non monétaires constituent des récompenses en nature que l’employeur offre à ses collaborateurs. Ils peuvent rapporter gros à une entreprise, à condition qu’ils correspondent aux attentes des salariés et s’avèrent concurrentiels sur le marché du travail.

Top 6 des catégories de Benefits les plus prisées

Un programme d’avantages extra-salariaux ne se conçoit pas à la légère. Il doit savoir répondre aux multiples besoins des collaborateurs, tout en leur apportant des atouts originaux. Voici un florilège des avantages qui ont la cote et vous feront gagner la loyauté de vos employés.

1) Les avantages santé et bien-être

Donnez un coup de pouce à vos salariés pour qu’ils aient un esprit sain dans un corps sain. Vous aurez des employés dynamiques et enthousiastes, qui insuffleront des ondes positives à vos équipes. Privilégiez donc les avantages sociaux qui rendent les soins médicaux accessibles à tous, tels qu’une assurance maladie complémentaire offrant d’excellents taux de remboursement, notamment sur les frais d’optique et dentaires. Le bien-être mental et physique doit être la figure de proue de votre programme de Benefits: cours vidéo de yoga ou de fitness, tutoriels pour une alimentation équilibrée. N’hésitez pas à lancer des défis sportifs à vos collaborateurs, comme le fait Indeed Canada avec plus de 850 challenges à son actif depuis 2018.

2) Les avantages financiers

Augmentez le pouvoir d’achat actuel et futur de vos collaborateurs grâce à des abonnements aux transports publics à prix réduit, une prévoyance professionnelle plus attrayante ou à des allocations repas, comme la Lunch Card proposée par Swibeco. Offrez aussi des réductions permanentes pour tous les besoins du quotidien, valables sur de grandes enseignes. Et pourquoi ne pas proposer des conseils en finance dispensés par des spécialistes en placements boursiers pour permettre à vos employés de faire fructifier leurs économies?

3) Les avantages dédiés au développement professionnel

Si vous donnez à vos salariés toutes les ressources pour se former et évoluer dans votre entreprise, vous disposerez d’équipes performantes et d’un vivier de collaborateurs pour recruter en interne. Proposez des cours de langue en ligne gratuits afin de faciliter la mobilité de vos employés. Vous pouvez aussi organiser des séminaires ou des stages de team building avec prise en charge du transport et de l’hébergement. Elaborez un calendrier annuel des conférences à ne surtout pas manquer pour enrichir ses connaissances et ses pratiques professionnelles.

4) Les avantages dédiés à l’équilibre vie professionnelle-vie privée

Cette catégorie d’avantages permet de concilier sans stress les obligations professionnelles et personnelles, ce qui rend les employés plus épanouis au travail. Horaires flexibles, télétravail à la carte, congés supplémentaires ou week-ends à rallonge, autant d’options à adapter aux exigences de votre structure.

5) Les avantages récompensant l’engagement des employés

Pour garantir la fidélisation de vos salariés, faites de la reconnaissance un pilier de votre package d’avantages. Valorisez l’expérience des collaborateurs les plus chevronnés en les faisant participer à un dispositif de mentorat. Remettez au goût du jour le tableau d’honneur d’autrefois en faisant élire par vos équipes le meilleur employé du mois.

6) Les avantages originaux

Bien sûr, chaque entreprise a tout intérêt à se constituer un programme de Benefits unique, qui se démarque des concurrents. Équipez vos locaux d’une table de billard ou d’un baby-foot, voire de sièges ballons pour que vos employés fassent du sport sans s’en rendre compte. Et si vous instauriez des rituels, en offrant le petit-déjeuner matinal à vos équipes? Les plus grandes entreprises en ont fait leur marque de fabrique, comme LinkedIn qui propose des collations gratuites à ses collaborateurs.

Comment mettre en place votre programme d’avantages?

Trois étapes sont nécessaires à la bonne réalisation de votre programme de Benefits.

1) Consultez vos collaborateurs

Pour ne rien laisser au hasard, le mieux est de consulter vos salariés afin de déterminer leurs priorités. La difficulté étant que vous devrez parvenir à satisfaire l’ensemble des employés, alors même que leurs profils sont aussi divers et variés que leurs attentes.

2) Proposez des options diverses et personnalisables

Votre programme d’avantages doit allier la diversité des Benefits à la flexibilité d’utilisation. Pour assurer ce double enjeu, misez sur une plateforme d’avantages comme Swibeco. Vous pourrez proposer un large panel d’avantages et de réductions sur plus de 150 enseignes. Grâce à un système de points défiscalisés, vos salariés pourront se faire plaisir en fonction de leurs envies.

3) Communiquez sur votre programme d’avantages

Élaborez une stratégie de communication efficace et incitative. Informez vos employés des modalités d’utilisation de leur package de Benefits et des avantages qui le composent. Par mail, affichage papier ou réunion d’information collective, tous les moyens sont bons. Vous pouvez aussi désigner des référents dans chaque service, qui pourront présenter à leurs collègues le programme d’avantages de leur entreprise.

Quels bénéfices pour l’employeur?

Un système d’avantages bien conçu peut faire des petits miracles en matière de rendement et de fonctionnement d’une entreprise. Ces effets insoupçonnés se manifestent à différents niveaux.

1) Vous attirez les meilleurs talents

Avec un programme de Benefits au top, vous augmentez votre potentiel d’attractivité en matière de recrutement. Les meilleurs talents se tourneront plus volontiers vers un employeur qui leur octroie des avantages supplémentaires par rapport à leur salaire de base, tant au niveau de la santé que des loisirs ou de l’organisation du travail. Une étude Glassdoor de 2018 révèle que pour 60% des candidats, les avantages extra-salariaux constituent un critère de choix déterminant.

2) Vous fidélisez vos collaborateurs

Les packages d’avantages sociaux sont un vecteur de satisfaction pour les salariés. Récompenses personnalisées ou avantages collectifs permanents, les employés sont sensibles à ces marques de reconnaissance qui valorisent leur investissement et leur travail. Selon une étude Willis Towers Watson réalisée en 2018, 78% des employés se disent enclins à rester dans une société qui leur propose un programme de Benefits attractif.

3) Vous boostez l’engagement de vos salariés

Les avantages extra-salariaux favorisent l’émulation à l’échelle individuelle ou collective, ainsi que la motivation de vos collaborateurs. Ne le nions pas, c’est le principe de la carotte qui vise à récompenser les efforts des employés pour maintenir leur motivation intacte. Mais il est tellement appréciable d’être récompensé pour un travail bien fait que les collaborateurs vous le rendront au centuple par une productivité plus forte et une volonté de s’investir davantage.

4) Vous faites des économies et des profits

Certes, vous devez investir pour proposer ces avantages extra-salariaux. Mais quelle que soit la taille de votre structure, le retour sur investissement est loin d’être négligeable. Des salariés motivés font preuve d’une meilleure productivité: vous gagnez donc en chiffre d’affaires. Ajoutez à cela que des employés heureux et bien portants garantissent une baisse du turnover et des arrêts maladie, c’est-à-dire des frais de recrutement et de remplacement en moins. Jackpot gagnant pour l’employeur!

5) Vous renforcez votre marque employeur

N’oubliez pas que les avantages employés seront d’autant plus efficaces qu’ils refléteront les valeurs portées par votre entreprise. En ce sens, ils permettront de conformer vos pratiques professionnelles à ces valeurs et de leur donner plus de poids. Une société engagée en faveur du respect des animaux peut par exemple proposer à ses collaborateurs de venir travailler avec leur chien, chat ou perroquet, à condition qu’ils ne soient pas trop bavards… Succès garanti!

Les stratégies de bien-être au travail agissent sur l’engagement et la motivation des collaborateurs. Par effet boomerang, elles contribuent à la bonne santé économique des entreprises et à l’instauration d’une ambiance saine entre collègues. Afin que cette stratégie porte ses fruits sur la durée, les services RH doivent élaborer un plan d’action efficace prenant en compte plusieurs facteurs.

Les trois cibles prioritaires

Le bien-être au travail n’est pas seulement une affaire de convivialité entre collègues. Il englobe plusieurs volets de la vie des employés, auxquels on ne pense pas toujours. Si la santé physique trône évidemment sur le haut du podium, la santé mentale et la santé financière ont aussi un rôle important à jouer dans le déploiement du bien-être individuel et collectif des salariés.

1) Le bien-être physique

La santé physique constitue le socle fondamental du bien-être des collaborateurs, surtout en cette période de pandémie. Un employé en excellente santé travaille plus efficacement et fait preuve de meilleures performances face à des deadlines serrées. Côté employeur, les bénéfices sont multiples: l’absentéisme diminue et la productivité est boostée. Pour une stratégie d’amélioration de la santé physique de vos collaborateurs, encouragez la pratique sportive en proposant des réductions sur les salles de sport, voire des séances fitness coachées en visio. Les consultations médicales en ligne gratuites ou les complémentaires santé à tarif réduit rencontrent également un vif succès. Favorisez un mode de vie sain au cœur même de votre entreprise. Depuis 2013, Fitbit propose par exemple des challenges fitness hebdomadaires à ses salariés. Aux États-Unis, Kickstarter favorise une meilleure alimentation en invitant ses employés à cultiver un potager sur le toit de l’entreprise et à cuisiner les légumes pour le dîner collectif du jeudi.

2) Le bien-être mental

Une santé de fer ne va pas sans un moral d’acier. Bien sûr, le bien-être mental peut être assuré par des mesures organisationnelles limitant le stress, comme des charges de travail raisonnables, la flexibilité des horaires ou le retour progressif des salariés ayant fait l’objet d’un arrêt maladie longue durée. Ajoutez à cela des dispositifs permettant à chacun de disposer d’un apprentissage de la gestion du stress grâce à des cours de méditation, et vous aurez la recette gagnante. Les PAE (programmes d’aide aux employés) permettent en outre d’offrir une aide psychologique individuelle parfaitement confidentielle par le biais d’une assistance téléphonique ou Internet. Pour assurer la bonne santé mentale de ses collaborateurs, l’entreprise EY Canada a quant à elle mis en place, en 2018, des avantages garantissant la prise en charge intégrale des consultations de thérapeutes familiaux ou de psychologues.

3) Le bien-être financier

Une stratégie de bien-être performante inclut nécessairement un soutien financier ciblé. Les avantages extra-salariaux emportent toujours l’adhésion des salariés. Entre offres flash ou permanentes, Swibeco offre un cocktail 100% gagnant pour les entreprises qui désirent soutenir la santé physique et mentale de leurs collaborateurs grâce à des leviers financiers. Outre la contribution aux frais de repas et un système de points entièrement défiscalisé, la plateforme d’avantages Swibeco propose en effet des rabais dans de nombreux domaines tels que le sport, la santé, le bien-être, les voyages, la mode ou la mobilité. Cette solution répondant aux besoins financiers immédiats des employés est propice à faciliter un quotidien parfois difficile, surtout en période de crise sanitaire. Il est à noter que selon une étude Sun Life, un programme de Benefits performant peut augmenter de 11% le pouvoir d’achat des employés.

Quelles étapes suivre?

Les stratégies de bien-être en entreprise les mieux conçues passent par différents paliers permettant d’assurer leur déploiement et leur optimisation. Voici quatre étapes fondamentales à ne manquer sous aucun prétexte:

1) Fixez des objectifs précis

Un plan d’action efficace nécessite de déterminer un ensemble d’indicateurs clairs et cohérents par rapport à la culture de l’entreprise. Pour cela, rien de mieux que le principe SMART, consistant à fixer des objectifs spécifiques, mesurables, atteignables, réalistes et temporellement définis. En somme, ne demandez pas la lune. La chute risquerait d’être fatale pour votre entreprise. Privilégiez au contraire des indicateurs raisonnables, tels qu’une diminution de l’absentéisme ou du turnover, que vous aurez tout loisir d’affiner au gré des résultats que vous obtiendrez.

2) Privilégiez une culture du bien-être inclusive

L’ensemble de l’organigramme doit être mis à contribution. Formez les managers à la détection du stress ou des signes précurseurs du burnout, afin d’anticiper les problèmes de santé plus graves et orienter les collaborateurs vers des spécialistes. Par le biais de questionnaires de satisfaction ou de sondages, consultez vos employés sur les dispositifs mis en place. Organisez aussi des réunions pour améliorer votre stratégie à la lumière des idées de vos collaborateurs.

3) Utilisez une solution tout-en-un

Centralisez votre programme bien-être en recourant à une plateforme d’avantages comme Swibeco. Elle vous offrira la possibilité de proposer un panel de ressources favorisant la santé financière de vos collaborateurs. Généralement, vous pourrez même intégrer les avantages spécifiques à votre entreprise, tels que les remises négociées avec vos partenaires de proximité. Une vitrine idéale et fonctionnelle pour répondre aux attentes de vos employés.

4) Évaluez votre retour sur investissement

Une telle stratégie nécessite plusieurs mois d’expérimentation avant de fournir un aperçu de son efficacité. L’outil eNPS (Employee Net Promoter Score) s’avère particulièrement utile pour mesurer l’engagement et la motivation de vos équipes. Établissez également des graphiques permettant de visualiser l’impact réel de vos actions sur plusieurs années : évolution du nombre d’arrêts maladie, du niveau de pouvoir d’achat des salariés, du taux de participation global ou par items à vos initiatives. Vous obtiendrez ainsi un panorama détaillé de l’efficacité de votre stratégie de bien-être.

Les employeurs le négligent souvent et pourtant, le remerciement au travail possède un fort potentiel qui peut transformer votre entreprise. Bien sûr, il ne s’agit pas du merci convenu et guindé qui ne revêt aucune valeur véritable aux yeux des salariés. Mais bien plutôt d’un merci sincère, spontané et circonstancié, qui valorise les employés de façon individuelle et les rend fiers de leur travail au point de les inciter à faire encore mieux. Cette forme de reconnaissance produit des effets insoupçonnés, dès lors qu’on y recourt avec une bonne dose d’empathie et d’altruisme.

Les effets positifs du remerciement

Vous n’imaginez pas à quel point un simple merci peut changer beaucoup de choses au sein de vos équipes. Qu’elle soit à l’échelle individuelle ou collective, la gratitude dans le milieu professionnel agit à trois niveaux.

1) Le moral des employés

Une étude réalisée en 2020 par Welcome to the Jungle révèle que les marques de reconnaissance de l’employeur sont essentielles pour 40% des salariés. Il faut dire que remercier vos collaborateurs pour leur investissement ou leur efficacité dans leur travail a un impact direct sur leur bien-être personnel. Le fait d’être reconnu à sa juste valeur et d’être complimenté pour une tâche parfaitement exécutée renforce l’estime de soi et la confiance en soi. Vos équipes ont fait preuve d’un engagement sans faille à l’occasion de l’un des projets phares de l’entreprise? Remerciez-les! Vous avez repéré un employé modèle? Faites-lui savoir que vous appréciez son investissement et félicitez-le pour le soin qu’il apporte à chacune de ses tâches. Ces marques d’estime valoriseront vos salariés et accroîtront leur motivation.

2) L’ambiance de travail

De façon plus globale, les encouragements produisent des ondes sismiques favorables qui se diffusent à toute l’entreprise. En clair, un employé heureux communique sa bonne humeur autour de lui, notamment parmi ses collègues, faisant émerger d’autres collaborateurs contents de venir au travail et de s’investir pour leur employeur. Les tâches se déroulent ainsi dans un climat sain, agréable et convivial, où la solidarité prédomine entre employés. Par ailleurs, la pratique du merci libère les relations entre managers et collaborateurs de toute tension car une reconnaissance mutuelle s’instaure. Les salariés accèdent ainsi à une sécurité psychologique qui favorise leur bien-être au travail. Bien conscientes des super-pouvoirs du merci, certaines entreprises comme Smith and Wilkinson ont développé un coaching en leadership principalement axé sur la gratitude à l’égard des employés.

3) L’activité de l’entreprise

Saviez-vous que le sentiment de reconnaissance agit sur notre cerveau? Il stimule certaines régions cérébrales et booste la production de dopamine, l’hormone du bonheur et du bien-être. Résultat: une baisse de l’anxiété, un sommeil de meilleure qualité et une vitalité décuplée. Un cocktail gagnant pour la productivité de votre entreprise. D’après une enquête réalisée par la Harvard Business School en 2016, 39% des salariés sont rebutés par un patron qui se montre indifférent aux efforts fournis, ce qui les rend plus enclins à démissionner. Au-delà des résultats financiers, le remerciement permet donc de réduire considérablement le taux de turn-over.

Comment mettre en œuvre cette culture du merci?

Pour manifester votre satisfaction à vos collaborateurs, ne dégainez pas uniquement votre programme de Benefits. Si celui-ci doit garder toute sa place dans votre stratégie de valorisation, il doit s’accompagner de petites attentions plus spontanées.

1) Personnalisez vos mercis

Les employeurs ont souvent tendance à répondre à un travail bien fait par un bonus financier. Mais il est aussi important d’exprimer sa satisfaction avec des mots. Un e-mail d’encouragement inopiné, une convocation personnelle surprise dans votre bureau ou une marque de reconnaissance verbale échangée au détour d’un couloir peuvent rendre une journée radieuse pour vos employés. Dans tous les cas, ciblez un comportement ou une réalisation précise et n’attendez pas le traditionnel pot de fin d’année pour remercier vos collaborateurs.

2) Organisez des rituels de remerciement

Ancrez le remerciement dans votre culture d’entreprise, en créant des événements propres à votre société. Créez une journée de « Good Feedbacks », dédiée aux échanges de félicitations. Vous pouvez aussi improviser des toasts pour célébrer les victoires de vos équipes ou réserver un temps de 10 minutes à la fin de vos réunions hebdomadaires pour laisser libre cours aux remerciements entre collègues. Une bonne occasion de découvrir sous un autre jour des collaborateurs plus discrets, mais tout aussi méritants, que vous n’auriez pas pensé à congratuler.

3) Valorisez les compétences

Et si vous remerciez les salariés dont vous êtes satisfait en leur donnant plus de responsabilités? Il n’y a pas plus beau gage de confiance que d’impliquer les collaborateurs méritants dans des projets plus ambitieux ou dans des prises de décision cruciales pour votre entreprise. Une excellente manière de mettre en avant leurs compétences et de le faire savoir à l’ensemble de vos équipes.

4) Attribuez des récompenses

Un merci, c’est bien, mais si vous l’accompagnez en plus d’un cadeau, c’est encore mieux. Profitez des plateformes d’avantages comme Swibeco pour facilement récompenser vos collaborateurs et donner encore plus de saveur à vos marques de reconnaissance.

L’épidémie de Covid-19 a engendré une crise sans précédent qui a bousculé les pratiques professionnelles les mieux ancrées. Les entreprises ont dû remettre en question leur fonctionnement, sans y être préparées. Dans cette vaste tourmente, les responsables RH se sont retrouvés en première ligne pour trouver des solutions immédiates. Ils ont dû improviser et mettre en place de nouvelles organisations afin de limiter la perte d’activité de leur entreprise. Aujourd’hui, ils se doivent d’être à l’avant-garde pour préparer l’après-Covid dans les meilleures conditions. De l’avis de nombreux dirigeants, 5 priorités RH se détachent pour 2022.

Le développement des compétences des collaborateurs

Parmi les tendances qui se profilent pour l’horizon 2022, la formation occupe toujours une place prépondérante. Selon une enquête américaine effectuée en 2021 par Gartner, 68% des professionnels RH considèrent que l’accent doit continuer à être mis sur le renouvellement et le renforcement des savoir-faire. Cette orientation s’avérera d’autant plus pertinente pour les années à venir que la crise de la Covid-19 a conduit de nombreux salariés à remettre en question leurs choix de carrière, générant des désirs d’évolution ou de reconversion parfois radicale.

Pour les entreprises, cette transformation induit un travail en profondeur afin de répondre aux aspirations de leurs collaborateurs et d’éviter d’accroître le taux de turn-over. Vous devez notamment identifier les besoins en matière de mise à niveau ou d’apprentissage au sein de vos équipes. À cet égard, les managers peuvent constituer un maillon essentiel en identifiant sur le terrain les principales lacunes des employés. Les collaborateurs eux-mêmes constitueront des relais d’expérience directs, en formulant leurs envies en matière de formation et de modalités d’apprentissage. Le développement des compétences représente un axe d’autant plus crucial qu’il augmente l’assurance des salariés qui se sentent plus à l’aise dans leurs tâches, ce qui les rend plus productifs et proactifs. Par effet boomerang, il renforce la croissance et la stabilité des entreprises.

L’approche personnalisée de l’expérience employé

L’expérience employé doit être au cœur des stratégies de l’après-Covid. La façon dont vos collaborateurs ont vécu le télétravail ou la réorganisation des tâches durant la pandémie doit vous conduire à forger une culture d’entreprise plus flexible et plus forte. Pour une meilleure cohésion, celle-ci doit se bâtir autour d’initiatives DEI (diversité, équité et inclusion) concrètes.

Par exemple, avec le développement du home office, il peut être intéressant de réfléchir à des dispositifs inclusifs qui permettent aux télétravailleurs d’avoir encore plus facilement accès à leur entreprise en mode virtuel ou de disposer de la même qualité d’information que les collaborateurs en présentiel. Dans ce souci d’égalité entre collègues, vous pouvez par ailleurs proposer une assistance pour les salariés en télétravail ou des apprentissages portant sur la gestion du travail à domicile.

Le bien-être mental et financier des salariés

La pandémie a fragilisé la vie de vos collaborateurs. Le ralentissement de l’activité professionnelle et le chômage partiel ont pu leur faire perdre confiance en l’avenir. Le télétravail et les confinements successifs ont parfois eu raison de leur moral. Ces constats ont été mis en évidence par une étude menée en 2021 par Lyra Health. Elle révèle qu’un quart des salariés interrogés ont vu leur santé mentale se dégrader significativement durant la crise de la Covid-19.

Pour les ressources humaines, le défi consiste à rétablir le bien-être moral, émotionnel et financier de leurs collaborateurs en actionnant deux leviers complémentaires:

 proposer des prestations facilement accessibles en matière de santé et de remise en forme, telles que des ateliers de méditation, des séances de fitness ou des consultations gratuites en télémédecine avec des psychologues;

 créer des programmes de Benefits qui renforcent le budget des employés. Dans cette optique, les plateformes d’avantages comme Swibeco peuvent constituer des plaques tournantes essentielles pour offrir des réductions sur de nombreuses marques ou services dans le domaine des loisirs, des assurances, de l’alimentation ou du sport.

La digitalisation des services RH

Pour les dirigeants RH, l’une des stratégies organisationnelles prioritaires reste la digitalisation. Cette transformation numérique trouvera toute sa place à différents niveaux de la vie de l’entreprise et plus particulièrement concernant les carrières ou les process de recrutement. C’est le pari qu’a déjà fait la multinationale, Schneider Electric, en créant en 2020 un Open Talent Market, c’est-à-dire une plateforme adressant à ses collaborateurs internationaux des opportunités professionnelles correspondant à leur profil. Ce type de digitalisation a deux vertus. D’une part, il permet à l’employeur de gérer avec efficacité son vivier de talents et d’identifier rapidement les profils correspondant à un poste. D’autre part, il donne aux employés une visibilité instantanée sur leurs propres perspectives de carrière et les possibilités d’évolution proposées en interne.

La planification des tendances de travail futures

Les changements qui s’amorçaient timidement avant 2020 ont subi une accélération considérable avec la pandémie, en mettant les employeurs au pied du mur. Désormais, les entreprises ne peuvent plus reculer et doivent s’adapter rapidement. Et le travail est colossal! La réflexion des RH doit porter sur une multitude de points, qui imposent d’innover sur tous les fronts en un temps record. Comment jongler entre des modalités de travail hybrides associant distanciel et présentiel, sans nuire à l’activité de l’entreprise et à la motivation des employés? Comment accompagner efficacement les travailleurs à domicile dans leurs tâches? Quels nouveaux postes créer pour garantir le bien-être des collaborateurs ou encadrer le télétravail? Comment assurer l’égalité d’accès aux opportunités professionnelles entre collaborateurs en présentiel et en distanciel? Autant de pistes de réflexion qui annoncent une refonte en profondeur des organisations professionnelles.

Dans le monde entier, la pandémie a déstabilisé l’économie des entreprises et, avec elle, le bien-être financier des employés. Selon l’Organisation internationale du travail (OIT), les revenus des salariés suisses ont diminué de 3,7%. La faute au chômage partiel principalement, qui a ôté aux employés tout ce qui faisait le socle de leur bien-être financier, à savoir la sérénité d’esprit et la sécurité face à l’avenir ou à l’emploi. Redonnez confiance à vos collaborateurs en vous posant les bonnes questions et en mettant en place des dispositifs de soutien capables de répondre à leurs besoins actuels.

Disposez-vous d’une grille de rémunération équitable?

La crise de la Covid-19 a creusé les inégalités professionnelles déjà existantes. En Suisse, les études réalisées par l’OIT montrent que la rémunération des femmes a diminué de 6% contre 3% chez les hommes. Au-delà de la baisse significative de salaire toute population confondue, cette disparité n’est pas favorable à un rebond de la consommation chez les employés aux revenus les plus faibles. Il est donc indispensable d’étudier en profondeur votre référentiel salarial et d’en traquer les inégalités en fonction du sexe ou du poste occupé. En maintenant un système de rémunération inéquitable, les entreprises ne peuvent en effet qu’accentuer l’insécurité financière engendrée par la pandémie et plonger certains de leurs collaborateurs dans un grand désarroi. Il est donc plus que temps de combler les écarts injustifiés afin d’impulser la santé financière de vos salariés.

Avez-vous investi dans une plateforme d’avantages?

Les employeurs minimisent souvent l’impact que peuvent avoir les récompenses complémentaires au salaire de base. Pourtant, de l’avis des salariés eux-mêmes, c’est un élément qui contribue à leur motivation. Ces avantages constitueraient même des leviers de fidélisation des collaborateurs. Fort de ce constat, offrez des rabais permanents sur de grandes enseignes du quotidien, des récompenses défiscalisées à 100% ou bien des solutions d’allocation repas pour prendre en charge une partie des frais de restauration. Ces avantages, proposés par Swibeco, permettront de répondre aux besoins de vos salariés et de participer à leur résilience financière avec une augmentation immédiate de leur pouvoir d’achat.

Proposez-vous un système de Benefits flexible?

S’ils sont généralement très friands d’avantages sociaux en nature, les employés ont aussi tendance à plébisciter les récompenses personnalisables. En effet, chaque salarié n’a pas forcément les mêmes attentes que ses collègues en matière de Benefits. Il est donc intéressant d’offrir des récompenses à la carte. Alors que certains de vos collaborateurs préfèrent utiliser ces récompenses pour s’offrir un nouveau téléphone, d’autres se feront plutôt plaisir avec une nouvelle garde-robe ou un séjour dans un hôtel romantique. Par conséquent, optez pour un dispositif pouvant être entièrement ajusté en fonction de la situation personnelle et des envies de chacun. Avec le système de points digitalisé de Swibeco, offrir des cadeaux ponctuels et personnalisés devient un jeu d’enfant.

Déployez-vous une communication efficace sur la rémunération globale?

C’est bien connu des employeurs, la majorité des salariés ne sont pas au fait des avantages auxquels ils peuvent prétendre ou dont ils bénéficient déjà. Qu’à cela ne tienne, commencez par leur fournir le compte rendu détaillé de leur rémunération, en intégrant les prestations de retraite, les assurances de protection maladie et les Benefits complémentaires. Ils pourront ainsi avoir un aperçu plus précis de ce qu’ils perçoivent réellement. Veillez également à effectuer des communications régulières sur les avantages qui sont à leur disposition pour améliorer leur bien-être financier. Pour ce faire, il est recommandé de diversifier les canaux de diffusion de l’information. De l’entretien individuel à l’e-mail d’information, en passant par les réunions thématiques sur les pensions de retraite ou l’intéressement participatif au sein de l’entreprise, vous vous assurez de capter tous les profils de collaborateurs, quelle que soit la génération à laquelle ils appartiennent.

Disposez-vous d’un protocole de sensibilisation à la gestion financière?

Gérer son budget et faire fructifier ses économies n’est pas une science innée pour tout le monde. Selon une étude réalisée en 2019 par la société AMP, les problèmes d’argent représentent une source de stress majeure qui occasionne un absentéisme récurrent des salariés, diminue par ricochet leur revenus et engendre une perte de productivité pour les entreprises. Bref, un cercle vicieux infernal dans lequel tout le monde est perdant. Heureusement, les employeurs peuvent combattre cette source de stress potentiel en proposant des conseils financiers prodigués par des professionnels, des formations en gestion de capital, d’épargne retraite ou bien en placement. L’éducation financière des employés est sans aucun doute l’un des meilleurs moyens de les aider à rééquilibrer leur budget afin de mieux en disposer pour de futurs projets. En résumé, encouragez une culture d’entreprise où parler finances avec son employeur n’est plus un tabou.

Dans le monde professionnel, il existe deux catégories d’employés. D’une part, il y a les collaborateurs qui progressent de façon fulgurante. Ils bâtissent souvent des châteaux de cartes fragiles, qui vacillent à la moindre tempête. D’autre part, il y a les salariés qui avancent à petits pas, tout aussi sûrement et efficacement. Selon une maxime japonaise, les petits pas s’avèrent d’ailleurs bien plus productifs que les pas de géant. Ils te garantissent une progression solide et pérenne. Pour te mener sur le chemin de la réussite et des petites victoires, voici 10 conseils qui se révéleront déterminants pour ta carrière.

Forge-toi un état d’esprit proactif

Les dirigeants d’entreprise aiment les collaborateurs entreprenants, qui portent le regard au-delà du travail qui leur est confié. Selon une enquête menée par l’auteur, Dan Schawbel, 58% des managers disent apprécier les employés qui se révèlent force de proposition tant sur les orientations et les objectifs de leur société que sur l’organisation des différents services. Lors des réunions professionnelles, n’hésite donc pas à faire part de tes idées. Documente-toi sur l’historique de ton entreprise et tiens-toi au courant de son actualité. Tes remarques et suggestions seront d’autant plus pertinentes.

Prends conseil auprès de tes managers

Tu veux occuper un poste à responsabilité, mais tu ne sais pas comment gravir les échelons rapidement? Une seule solution: te rapprocher de ton supérieur et lui demander des conseils pour évoluer professionnellement. Qui d’autre mieux que lui peut t’apporter les fruits de son expérience et de sa réussite? À la clé, des astuces concrètes que tu pourras mettre en application pour booster ta propre carrière.

Crée ton success book

Même si tu n’envisages pas de briguer de nouvelles responsabilités dans l’immédiat, prends le temps de compiler tes petites victoires dès aujourd’hui. Comment? En constituant un book, exactement comme les artistes photo ou les mannequins. Dans un carnet ou un classeur, note les projets pour lesquels ta contribution s’est avérée essentielle. Réunis les documents qui pourraient mettre en valeur ton expérience et tes réussites. Un faire-valoir qui fera mouche lorsque tu convoiteras une promotion.

Actualise tes compétences

Dans le monde professionnel, les compétences requises ne cessent de se métamorphoser. Et pourtant, la formation ne semble pas une priorité pour les employés: selon une étude de 2015 de l’OCDE, seuls 41% des salariés de l’Union européenne actualisent leurs connaissances chaque année. Une hérésie puisque le fait de se former a un réel impact sur la carrière d’une personne. Alors, liste tes compétences et tes lacunes. Participe aux formations proposées par ton employeur ou suis un cursus universitaire à distance. Efficacité garantie pour ton ascension professionnelle.

Perfectionne tes capacités rédactionnelles

À l’heure des SMS cryptés et des mails rédigés dans l’urgence, l’art de bien écrire constitue une qualité rare, très prisée des dirigeants. Plus on gravit les échelons, plus elle devient essentielle car elle est garante de l’image de marque d’une société. Exerce-toi à rédiger des messages de qualité, à la fois concis et fluides. Cette nouvelle corde à ton arc te donnera d’étonnantes facilités pour réaliser des argumentaires de projet ou des rapports percutants.

Exploite tes temps de pause

Mets à profit les battements entre deux réunions pour t’enrichir et t’informer. Continue le podcast que tu as commencé durant le trajet domicile-travail. Consulte les actualités concernant ton secteur d’activité. Mieux encore, parcours les réseaux professionnels comme LinkedIn, une mine d’informations précieuses et de contacts pour t’ouvrir de nouvelles portes.

Fixe-toi des défis

Au bureau, stimule ta créativité en permanence et n’hésite pas à prendre des risques en bousculant ta routine. Impose-toi chaque jour des challenges de productivité, en améliorant ton organisation de travail ou en t’obligeant à finaliser des tâches dans un délai serré. Cette dynamique présente le mérite de booster les neurones et de développer ta réactivité, donc ton efficacité en vue d’un nouveau poste.

Effectue des tests de personnalité

Les tests de personnalité sont des outils intéressants lorsqu’on aspire à une évolution de carrière. Ils permettent de mettre en avant nos traits psychologiques, nos aptitudes sociales et professionnelles, ainsi que nos motivations. N’hésite pas à en réaliser plusieurs pour obtenir des résultats plus complets. SOSIE, OCEAN, MBTI ou Hexaco, autant de possibilités parmi d’autres qui t’aideront à y voir plus clair sur toi-même.

Développe un lien social à 360°

Le monde de l’entreprise est un univers où il faut s’ouvrir aux autres pour réussir. Dans cette optique, mêle-toi aux équipes de collègues qui gravitent autour de toi. Participe aussi aux événements qu’ils organisent, tels qu’afterwork ou activités sportives. C’est la meilleure façon de provoquer des opportunités et de connaître, avant les autres, les postes qui se libèrent.

Adopte la mobile attitude

Si tu es déterminé à donner des ailes à ta carrière, quelques efforts en matière de mobilité risquent d’être nécessaires. Si tu rechignes à quitter tes collègues ou à changer ton train-train quotidien, tu es voué à stagner. Réussir implique des sacrifices et des bouleversements. Un nouveau poste t’accaparera sans doute plus que le précédent, qui te donnait moins de responsabilités. Sois prêt à changer de service, de site de travail ou d’entreprise. Une promotion à l’étranger pourrait même être un levier considérable pour obtenir des résultats rapides dans ta vie professionnelle.

Le coronavirus a véritablement fait décoller le télétravail. Selon une enquête réalisée auprès d’entreprises du monde entier par la société de recherche et de conseil Garner, 90% de leurs responsables RH envisagent de continuer le télétravail, au moins partiellement, et même après la crise du Covid-19. Les modèles de travail flexibles et hors des locaux de l’employeur vont donc perdurer.

D’un côté, cela présente des avantages, par exemple pour concilier temps libre et temps de travail. D’un autre côté, la collégialité en prend un coup, tout comme la place qu’on accorde aux pauses et aux repas de midi. En travaillant à domicile, il n’est pas rare qu’on oublie de bouger régulièrement et on néglige parfois les moments de détendre pour prendre un repas équilibré. Ce qui peut avoir des répercussions sur la concentration et provoquer les fameux coups de barre.

Avant la crise, c’était surtout la cantine de l’entreprise qui avait pour mission de restaurer le personnel salarié en lui proposant des repas variés. Désormais, ce n’est plus son apanage. En cause: les limitations imposées à leur offre et le nombre réduit de collaborateurs qui mangent sur le site.

Les salarié.es en télétravail organisent eux-mêmes leurs repas, qu’ils peuvent d’ailleurs prévoir de manière très flexible avec des solutions adaptées. La Lunch Card de Swibeco est non seulement un moyen de paiement accepté auprès du plus grand nombre d’établissements tels que des restaurants, boulangeries, fast-foods, vente à emporter, mais également pour des livraisons à domicile. De plus, cette carte-déjeuner est aussi idéale pour concocter soi-même son repas, car elle est acceptée dans les épiceries et commerces d’alimentation en Suisse.

Pauses de midi déclinées à l’envi

Gérer son propre restaurant d’entreprise coûte cher et requiert du personnel. Alors que dans les grandes entreprises les systèmes de restauration collective sur le lieu de travail sont monnaie courante depuis longtemps, leurs coûts sont plus souvent difficiles à supporter pour les plus petites. En temps de crise comme cette pandémie, il devient très compliqué de continuer à assurer leur fonctionnement.

Cela dit, il existe une facilité tout-en-un pour vos employé.es en télétravail: la Swibeco Lunch Card. Si dans certaines entreprises, à cause du manque de personnel, la cantine a dû céder la place à des distributeurs réfrigérés et au libre-service – ou a fermé ses portes ailleurs qu’au siège social, d’autres optent pour des solutions plus pratiques. Que ce soit à la pizzeria du coin de la rue, au nouveau restaurant vietnamien ou pour un hamburger à emporter, le personnel salarié peut utiliser la Lunch Card pour payer son repas pendant la pause de midi dans de multiples établissements à proximité de l’entreprise pour une pause déjeuner à la fois saine et variée.

Qu’ils travaillent sur le site ou depuis leur domicile, les salarié.es bénéficient ainsi d’une grande diversité alimentaire (bio, végan ou végétarien selon leurs préférences). Quant aux entreprises, elles réalisent de réelles économies (notamment en loyer, électricité, eau) de même qu’en coûts de personnel, souvent élevés. Somme toute, la Lunch Card de Swibeco est avantageuse pour tous.

Le plus grand réseau d’acceptation en Suisse

Dans les restaurants, boulangeries, snacks, épiceries ou encore pour les services de livraison à domicile – la Lunch Card de Swibeco est la carte-repas acceptée partout comme moyen de paiement. Plus de 35’000 points de vente à travers la Suisse sont affiliés au réseau de la Swibeco Lunch Card afin que les collaborateurs puissent bénéficier d’un choix de repas varié, individuel le plus simplement possible. L’offre est plus vaste que celle d’autres options de restauration connues. En ajoutant la Swibeco Lunch Card à Google Pay, Apple Pay ou Samsung Pay sur leur smartphone, les salarié.es peuvent en outre régler la note avec leur carte sans être obligés de l’avoir sur soi.

Plus de flexibilité et plus de pouvoir d’achat

La Lunch Card de Swibeco s’adresse aux besoins de tous les employeurs. En dématérialisant les contributions sociales au financement des titres-restaurants, la Lunch Card procure plus de flexibilité. En effet, les frais de repas peuvent aussi bien être financés à 100% par l’employeur, partagés pour une partie avec le bénéficiaire, ou complètement pris en charge par le salarié. En tous les cas, le personnel profite d’un meilleur pouvoir d’achat. Dans la limite d’un plafond légal fixé à CHF 180.- par mois, les frais de nourriture sont exonérés de toutes charges sociales et ne sont pas imposables au titre du salaire.

Lorsque l’employé recharge lui-même sa carte mensuellement via une conversion de son salaire brut, l’avantage fiscal lui permet pratiquement de doubler son pouvoir d’achat comparé avec le même montant perçu en salaire.

En résumé, voici les options offertes par la Swibeco Lunch Card:

Que l’entreprise participe ou non aux coûts pour la Lunch Card, les économies mensuelles sont indéniables. Elles peuvent servir à financer la Lunch Card, ou être redistribuées directement aux collaborateurs.

Processus entièrement digitalisé

Grâce au système entièrement numérisé et automatisé de Swibeco, l’introduction de la Lunch Card peut se faire sans prévoir de personnel supplémentaire. La plateforme en ligne est personnalisable pour chacune des entreprises. Son système de gestion est aussi très appréciable avec l’envoi d’e-mails aux employés, un simulateur d’économies, ainsi que la création automatisée d’avenants au contrat de travail et leur suivi.

Avantage win-win pour les entreprises

La plupart des sociétés suisses ne prévoient pas d’augmentation des salaires pour 2021 et ne disposent pas non plus de budget supplémentaire pour participer aux frais de repas de leurs salarié.es. Avec sa Lunch Card, Swibeco propose une solution avantageuse pour la restauration d’entreprise. Grâce à elle, dans la situation sanitaire actuelle encore précaire, les collaborateurs et collaboratrices voient leur pouvoir d’achat augmenter pour un déjeuner sain, varié et au goût de chacun – qu’ils travaillent à la maison en télétravail ou au bureau. Mais pas seulement. Car outre son potentiel d’économies, la Lunch Card procure maints avantages aux entreprises et aux personnes employées. Pour exemple, l’offre de Swibeco peut donner un coup de pouce aux restaurants et aux commerces d’alimentation régionaux… et améliorer le climat de travail, sans oublier que des avantages sociaux attrayants peuvent fidéliser les salariés et attirer de futurs talents.