Le coronavirus a véritablement fait décoller le télétravail. Selon une enquête réalisée auprès d’entreprises du monde entier par la société de recherche et de conseil Garner, 90% de leurs responsables RH envisagent de continuer le télétravail, au moins partiellement, et même après la crise du Covid-19. Les modèles de travail flexibles et hors des locaux de l’employeur vont donc perdurer.

D’un côté, cela présente des avantages, par exemple pour concilier temps libre et temps de travail. D’un autre côté, la collégialité en prend un coup, tout comme la place qu’on accorde aux pauses et aux repas de midi. En travaillant à domicile, il n’est pas rare qu’on oublie de bouger régulièrement et on néglige parfois les moments de détendre pour prendre un repas équilibré. Ce qui peut avoir des répercussions sur la concentration et provoquer les fameux coups de barre.

Avant la crise, c’était surtout la cantine de l’entreprise qui avait pour mission de restaurer le personnel salarié en lui proposant des repas variés. Désormais, ce n’est plus son apanage. En cause: les limitations imposées à leur offre et le nombre réduit de collaborateurs qui mangent sur le site.

Les salarié.es en télétravail organisent eux-mêmes leurs repas, qu’ils peuvent d’ailleurs prévoir de manière très flexible avec des solutions adaptées. La Lunch Card de Swibeco est non seulement un moyen de paiement accepté auprès du plus grand nombre d’établissements tels que des restaurants, boulangeries, fast-foods, vente à emporter, mais également pour des livraisons à domicile. De plus, cette carte-déjeuner est aussi idéale pour concocter soi-même son repas, car elle est acceptée dans les épiceries et commerces d’alimentation en Suisse.

Pauses de midi déclinées à l’envi

Gérer son propre restaurant d’entreprise coûte cher et requiert du personnel. Alors que dans les grandes entreprises les systèmes de restauration collective sur le lieu de travail sont monnaie courante depuis longtemps, leurs coûts sont plus souvent difficiles à supporter pour les plus petites. En temps de crise comme cette pandémie, il devient très compliqué de continuer à assurer leur fonctionnement.

Cela dit, il existe une facilité tout-en-un pour vos employé.es en télétravail: la Swibeco Lunch Card. Si dans certaines entreprises, à cause du manque de personnel, la cantine a dû céder la place à des distributeurs réfrigérés et au libre-service – ou a fermé ses portes ailleurs qu’au siège social, d’autres optent pour des solutions plus pratiques. Que ce soit à la pizzeria du coin de la rue, au nouveau restaurant vietnamien ou pour un hamburger à emporter, le personnel salarié peut utiliser la Lunch Card pour payer son repas pendant la pause de midi dans de multiples établissements à proximité de l’entreprise pour une pause déjeuner à la fois saine et variée.

Qu’ils travaillent sur le site ou depuis leur domicile, les salarié.es bénéficient ainsi d’une grande diversité alimentaire (bio, végan ou végétarien selon leurs préférences). Quant aux entreprises, elles réalisent de réelles économies (notamment en loyer, électricité, eau) de même qu’en coûts de personnel, souvent élevés. Somme toute, la Lunch Card de Swibeco est avantageuse pour tous.

Le plus grand réseau d’acceptation en Suisse

Dans les restaurants, boulangeries, snacks, épiceries ou encore pour les services de livraison à domicile – la Lunch Card de Swibeco est la carte-repas acceptée partout comme moyen de paiement. Plus de 35’000 points de vente à travers la Suisse sont affiliés au réseau de la Swibeco Lunch Card afin que les collaborateurs puissent bénéficier d’un choix de repas varié, individuel le plus simplement possible. L’offre est plus vaste que celle d’autres options de restauration connues. En ajoutant la Swibeco Lunch Card à Google Pay, Apple Pay ou Samsung Pay sur leur smartphone, les salarié.es peuvent en outre régler la note avec leur carte sans être obligés de l’avoir sur soi.

Plus de flexibilité et plus de pouvoir d’achat

La Lunch Card de Swibeco s’adresse aux besoins de tous les employeurs. En dématérialisant les contributions sociales au financement des titres-restaurants, la Lunch Card procure plus de flexibilité. En effet, les frais de repas peuvent aussi bien être financés à 100% par l’employeur, partagés pour une partie avec le bénéficiaire, ou complètement pris en charge par le salarié. En tous les cas, le personnel profite d’un meilleur pouvoir d’achat. Dans la limite d’un plafond légal fixé à CHF 180.- par mois, les frais de nourriture sont exonérés de toutes charges sociales et ne sont pas imposables au titre du salaire.

Lorsque l’employé recharge lui-même sa carte mensuellement via une conversion de son salaire brut, l’avantage fiscal lui permet pratiquement de doubler son pouvoir d’achat comparé avec le même montant perçu en salaire.

En résumé, voici les options offertes par la Swibeco Lunch Card:

Que l’entreprise participe ou non aux coûts pour la Lunch Card, les économies mensuelles sont indéniables. Elles peuvent servir à financer la Lunch Card, ou être redistribuées directement aux collaborateurs.

Processus entièrement digitalisé

Grâce au système entièrement numérisé et automatisé de Swibeco, l’introduction de la Lunch Card peut se faire sans prévoir de personnel supplémentaire. La plateforme en ligne est personnalisable pour chacune des entreprises. Son système de gestion est aussi très appréciable avec l’envoi d’e-mails aux employés, un simulateur d’économies, ainsi que la création automatisée d’avenants au contrat de travail et leur suivi.

Avantage win-win pour les entreprises

La plupart des sociétés suisses ne prévoient pas d’augmentation des salaires pour 2021 et ne disposent pas non plus de budget supplémentaire pour participer aux frais de repas de leurs salarié.es. Avec sa Lunch Card, Swibeco propose une solution avantageuse pour la restauration d’entreprise. Grâce à elle, dans la situation sanitaire actuelle encore précaire, les collaborateurs et collaboratrices voient leur pouvoir d’achat augmenter pour un déjeuner sain, varié et au goût de chacun – qu’ils travaillent à la maison en télétravail ou au bureau. Mais pas seulement. Car outre son potentiel d’économies, la Lunch Card procure maints avantages aux entreprises et aux personnes employées. Pour exemple, l’offre de Swibeco peut donner un coup de pouce aux restaurants et aux commerces d’alimentation régionaux… et améliorer le climat de travail, sans oublier que des avantages sociaux attrayants peuvent fidéliser les salariés et attirer de futurs talents.

En matière de sécurité professionnelle, 2020 et 2021 auront été des années noires ébranlant toutes nos certitudes. Avec la pandémie, de nouvelles modalités de travail ont dû être instaurées, faisant perdre leurs repères aux salariés. Le home office a bouleversé leurs conditions de travail et leur organisation personnelle, le chômage partiel a mis à mal leur sécurité financière. Le tout ayant eu des répercussions néfastes sur leur état de santé mentale et leur motivation. Compte tenu de la crise actuelle, comment les équipes RH peuvent-elles agir afin d’enrayer cette démotivation? Voici 5 pistes pour finir l’année au mieux et débuter 2022 sous les meilleurs auspices.

Ajuster les objectifs de fin d’année

Le bon fonctionnement d’une entreprise repose sur la motivation de ses collaborateurs et leur désir de s’investir de façon qualitative. Or, la fin de l’année constitue toujours une période délicate. Pour l’employeur, il s’agit d’une phase de forte tension qui exige un rendement accru afin de boucler les projets en cours et d’anticiper les objectifs du premier trimestre de l’année suivante. Pour les employés en revanche, elle correspond souvent à une période de relâchement à l’approche des fêtes.
Pour passer ce cap, d’autant plus difficile et complexe avec la crise de la Covid-19, il est impératif de booster l’engagement des salariés en redéfinissant les objectifs de l’entreprise. En vous montrant plus souple et en adaptant vos exigences aux circonstances inédites actuelles, vous favoriserez la capacité de résilience de vos employés en cette fin d’année où se cumulent stress et fatigue professionnelle.

Maintenir le lien social en toutes circonstances

Le retour à temps plein des collaborateurs au bureau n’est pas en vue. La pandémie a fait du télétravail une norme pour beaucoup d’entreprises. Celui-ci a apporté un sentiment de liberté, de nouveauté et de bien-être pour de nombreux salariés. D’ailleurs, une étude menée par Nicholas Bloom pour le Stanford Institute for Economic Policy Research a révélé en 2015 que le home office augmente de 13% la productivité des collaborateurs. Néanmoins, ces chiffres concernent exclusivement le télétravail volontaire. Lorsqu’il est imposé comme cela a été le cas durant la pandémie, il génère surtout une perte de motivation et d’assurance liée à l’isolement des employés.
Les employeurs ont ainsi pris conscience de l’importance du sentiment d’appartenance à l’entreprise et de la nécessité de nourrir les interactions. Comme le télétravail est voué à perdurer en parallèle d’une activité en présentiel, les dirigeants doivent désormais composer avec des modalités de travail hybrides et trouver des moyens de renforcer l’esprit d’équipe. À cette fin, vous pouvez ritualiser les appels vidéo virtuels plusieurs fois par semaine pour garder le lien entre les différents salariés quand ils ne travaillent pas au bureau. Instaurez également une hotline permanente pour assister les personnes qui sont exclusivement en télétravail. Et pourquoi ne pas créer un social committee afin de concevoir des outils d’entraide entre collègues?
En parallèle, développez des outils d’échange conviviaux qui seront encore plus appréciés en fin d’année, tels que des cafés ou apéros virtuels, des partages quotidiens ou des speed-dating hebdomadaires pour discuter de façon informelle de tout, sauf du travail. Succès garanti!

Privilégier une communication interne authentique

En ces temps difficiles où chacun se demande ce que l’avenir lui réserve professionnellement, les dirigeants et les ressources humaines doivent bannir toute langue de bois. La confiance des salariés est basée sur cette exigence d’honnêteté. Informez sur les difficultés réelles que rencontre votre structure depuis la pandémie et donnez à voir les perspectives à plus ou moins long terme. Baisse de productivité, capacités de résilience de l’entreprise, efforts susceptibles d’être demandés aux employés, autant de sujets qui doivent être abordés de front. Une communication interne transparente et forte sera salutaire face aux incertitudes qui touchent tous vos employés. Ils se sentiront soutenus et pris en compte par leur direction. En se montrant encore plus présents qu’à l’accoutumée, les dirigeants consolideront l’engagement et la motivation de leurs collaborateurs.

Développer le travail collaboratif

Le bien-être des collaborateurs dépend des marques de reconnaissance de l’employeur pour chaque effort fourni. Inscrivez chaque tâche dans un circuit global de productivité et de réussite de l’entreprise. Ce sera un motif de satisfaction pour vos salariés, qui se sentiront investis d’une mission plus vaste que l’activité qu’ils sont amenés à réaliser chaque jour au bureau. Une excellente façon de favoriser cet état d’esprit consiste à développer le travail en équipe. Non seulement il crée une solidarité entre collaborateurs et renforce les interactions au travail, mais il est propice à la créativité et à l’innovation grâce à la sécrétion de dopamine dans le cerveau. Un cocktail gagnant qui contribue à la motivation des employés.

Offrir des projections dans l’avenir

Les salariés ne sont jamais aussi motivés que lorsqu’on leur donne des perspectives d’avenir concrètes, surtout lorsque la conjoncture est difficile. Pour ce faire, pratiquez la visualisation inversée. Pour cela, il vous suffit de déterminer vos objectifs pour la fin de l’année, puis de définir à rebours les étapes à mettre en œuvre afin d’y parvenir. Il s’agit d’une méthode incitative qui permet aux salariés de se projeter dans l’avenir tout en boostant leur motivation.
Ne laissez pas non plus la crise miner vos équipes. Aidez-les à rebondir en planifiant l’après-Covid. Quels enseignements tirez-vous du home office sur l’organisation du travail? Quels sont les changements opérationnels qui nécessitent d’être mis en place? Avez-vous repéré des lacunes chez certains de vos collaborateurs en matière de flux de travail ou de productivité en télétravail?
Cette réflexion peut très bien s’effectuer avec la participation de vos salariés, afin qu’ils soient partie prenante des stratégies déployées dans leur entreprise. Certains groupes, comme Academos au Québec, disposent d’un comité du futur au travail. Constitué de salariés, de personnels de direction et RH, il a pour vocation de réfléchir de façon collective aux besoins des collaborateurs et de les actualiser en permanence. Une piste très intéressante pour répondre à cette envie de se projeter dans le futur.

L’heure tourne, la pile de dossiers sur ton bureau ne diminue pas et tu n’as même pas le temps de prendre de pause… C’est le scénario catastrophe dont tu te serais bien passé, mais qu’on a tous vécu à un moment ou un autre. En fait, 89% des employés ne parviennent pas à boucler leur planning quotidien et ne réalisent que la moitié des tâches prévues. Mais pas de panique: voici 6 astuces pour améliorer ta productivité et ton organisation au travail.

Prioriser les tâches à fort rendement

Tout d’abord, un peu de mathématiques: selon la loi de Pareto, seulement 20% du travail effectué conduit à 80% des résultats recherchés. C’est dire à quel point il est crucial de bien cibler les tâches à réaliser chaque jour. À toi de privilégier celles qui te paraissent les plus importantes et les plus fructueuses en matière d’efficacité employé. En tête de liste, place évidemment les travaux urgents qui ne peuvent plus être repoussés. Mais bloque aussi du temps pour les dossiers importants les moins chronophages, qui te procureront le sentiment d’accomplissement dont rêvent tous les salariés en fin de journée. La petite astuce qui fait la différence? Pense à toujours garder une plage horaire pour les imprévus qui peuvent venir déséquilibrer le planning même le mieux ficelé.

Prévoir une somme de travail raisonnable

D’après le psychologue Roy Baumeister, une même personne est confrontée à environ 150 tâches à faire quotidiennement. Soyons réaliste: c’est un défi impossible à surmonter au bureau comme en télétravail, même pour ceux qui affichent l’engagement le plus inébranlable. La preuve par les chiffres: selon une étude menée par iDoneThis, spécialiste en productivité, 41% des tâches de notre to-do-list ne sont pas achevées dans les temps impartis. C’est là qu’entre en jeu le principe du 1-3-5, destiné à te fixer des objectifs atteignables. Ton planning doit comporter une tâche principale exigeant beaucoup de temps, ainsi que 3 tâches basiques moins chronophages et 5 tâches rapides non prioritaires. Cela équivaut à ce qu’un seul employé est vraiment capable d’accomplir pendant sa journée de travail.

Utiliser un planificateur de tâches

Même pour ceux qui bénéficient du télétravail, les agendas numériques simplifient grandement la gestion quotidienne de son emploi du temps. De Google Keep à Evernote ou Todoist, ils permettent de recenser le travail à faire de façon journalière et d’obtenir un aperçu sur la semaine. Ces gestionnaires de tâches constituent la pierre angulaire de toute bonne organisation et t’aideront à ne rien oublier. La to-do-list en version papier ne manque pas d’atouts non plus. Tu l’as toujours sous la main et elle te réserve le plaisir de pouvoir rayer ce qui a été fait. Une bonne façon de juger de ton efficacité en temps réel ou de te remotiver si tu es moins performant.

Repérer les compétences à mobiliser

La dispersion est un fléau terrible pour notre cerveau. Afin de ne pas l’épuiser trop vite, évite d’aborder de front des tâches exigeant de mobiliser trop de compétences différentes en même temps. Le mieux est de regrouper celles qui font appel à des capacités similaires sur le même créneau horaire. Cette organisation te fera gagner en rapidité et en fluidité dans ton travail.

Évaluer son potentiel de productivité

Il existe tellement de facteurs influant sur notre niveau d’efficacité qu’il n’est pas toujours facile de déterminer le moment de la journée où l’on est le plus performant. Cela dit, on a tous des pics d’énergie et de vitalité, dont la durée est en moyenne de 90 minutes. C’est ce qu’on appelle les cycles ultradiens. Pour certains, c’est le matin. Pour d’autres, c’est après la pause-repas ou le petit café de l’après-midi. N’hésite pas à tirer parti de ton expérience pour bien évaluer ton potentiel de travail et ne pas te surcharger. Il te sera d’autant plus bénéfique d’identifier les phases et les creux de productivité imposés par ton horloge interne que tu pourras ainsi répartir les tâches en fonction de leur complexité.

Apprendre à mieux se concentrer

Une bonne concentration te rendra plus rapide et efficace. Charge à toi d’éliminer toutes les sources de distractions qui détournent ton esprit des tâches à accomplir. À l’instar du directeur de Twitter, Jack Dorsey, tu peux créer une to-don’t-list qui récapitulera toutes les choses à ne surtout pas faire, pour être sûr de rester concentré: envoyer des mails privés, consulter ses réseaux sociaux, répondre au téléphone à sa belle-mère hyper-bavarde, etc. Et pourquoi ne pas écouter de la musique instrumentale? Selon plusieurs études, elle boosterait la concentration.

Pour votre entreprise, la motivation des troupes est le nerf de la guerre. Et pour obtenir un engagement durable de la part de vos collaborateurs, vous disposez d’une arme infaillible: la reconnaissance. Basée sur un système de récompenses et de valorisation des salariés, elle constitue un formidable accélérateur de l’investissement de vos recrues, mais aussi de l’activité de votre société.

Des collaborateurs en phase avec leur entreprise

Savamment pratiquée, la reconnaissance pourrait presque être considérée comme un élixir de bien-être pour les salariés. Félicités ouvertement pour leurs efforts et leur travail, ils développent une assurance professionnelle qui peut leur donner des ailes. Car un employé valorisé, c’est une recrue qui veut toujours faire mieux, se montre plus disponible et prend même des initiatives. L’engagement des collaborateurs est en outre décuplé par le fait qu’ils se sentent vraiment intégrés et indispensables au fonctionnement de leur entreprise. Selon une enquête réalisée en 2016 par l’institut WorkHuman, 86% des employés se disent volontiers plus épanouis dans leur poste dès lors que leur hiérarchie prend en considération leurs efforts et les récompense. Au final, des salariés dont on apprécie les qualités à leur juste valeur se révèlent plus motivés et sont heureux de venir au travail.

Quels bénéfices pour votre entreprise?

La reconnaissance des efforts réalisés par les collaborateurs est un petit rouage précieux qui, bien huilé, peut rapporter gros à une entreprise. Elle a tout d’abord des répercussions sur l’ambiance de travail. Moins stressés et confortés dans leur valeur, les salariés effectuent leurs tâches dans un climat serein. Comme ils se sentent respectés, leurs relations avec la hiérarchie s’en trouvent aussi renforcées et libérées de toute animosité. La reconnaissance, agrémentée de récompenses, a aussi cela de magique qu’elle engendre un engagement de vos collaborateurs plus constant et solide. Le profit pour votre entreprise est considérable: la productivité et la satisfaction client s’en trouvent accrues, sans compter que vous réduisez les dépenses de recrutement et de santé. Par quel miracle? Tout simplement parce qu’avec une motivation de vos collaborateurs au beau fixe, vous limitez drastiquement les risques de turn-over et de burn-out. Non seulement vous assurez la fidélisation de vos employés, mais en plus vous vous forgez une réputation de bon employeur qui aura l’avantage de rendre votre entreprise plus concurrentielle sur le marché du travail. Une excellente façon de gagner en visibilité et de donner l’envie à de nouveaux talents de vous rejoindre.

Un programme de reconnaissance efficace

Dans la philosophie asiatique, on a pour tradition de remercier la nature pour ce qu’elle nous apporte chaque jour. Et si vous appliquiez cette astuce dans votre entreprise afin de garantir la satisfaction de vos salariés? Selon un sondage réalisé par le cabinet Great Place To Work, 37% des employés considèrent la reconnaissance comme une priorité, et ce devant la rémunération (7%) ou le désir d’autonomie (12%). C’est dire à quel point la reconnaissance est un axe stratégique, qui doit remplir l’objectif des 3 R: reconnaître le travail des salariés, les récompenser et les retenir en les rendant fidèles à l’entreprise. Bien sûr, votre programme de reconnaissance nécessite d’être fondé sur une carte de route claire des comportements à valoriser, qui doit être aussi limpide pour les managers que pour les employés afin de favoriser l’émulation. L’éventail est large puisque les récompenses peuvent aussi bien porter sur l’investissement, que la loyauté à l’entreprise ou l’esprit d’initiative. Record de ventes, heures supplémentaires effectuées dans la bonne humeur ou aide apportée à un collègue, les occasions de reconnaissance sont éclectiques et donnent l’opportunité de mettre en avant tous les salariés. L’essentiel étant d’être réactif pour que la récompense garde tout son sens pour le salarié et qu’elle l’incite à poursuivre ses efforts.

Personnalisez les récompenses

En matière de récompenses et d’avantages employés, la diversité constitue votre meilleur atout pour surprendre vos collaborateurs. Vous avez à votre disposition toute une palette de possibilités, à commencer par l’e-mail ou la carte de félicitations, voire la rencontre individuelle ou la promotion. Moins formels, les cadeaux en nature feront aussi leur petit effet, comme une bouteille d’un grand cru, une séance bien-être en institut ou un dîner dans un restaurant gastronomique. Et pourquoi ne pas instituer des célébrations conviviales pour offrir ces cadeaux et mettre à l’honneur les employés qui se sont distingués? Cependant, les récompenses octroyées à vos collaborateurs auront d’autant plus d’impact qu’elles correspondront à leurs besoins personnels. La meilleure des options, c’est encore de recourir à une plateforme de Benefits modulables, comme celle de Swibeco, qui fait profiter de remises permanentes auprès de nombreuses enseignes et grandes marques. Elle vous permet en outre d’offrir à vos employés des points défiscalisés et cumulables, utilisables sur la plateforme en fonction de leurs envies. Vous instaurez ainsi un système d’avantages flexibles à l’image des valeurs de votre entreprise, avec lequel vous récompensez et fidélisez facilement vos talents.

Après de longs mois dominés par le télétravail forcé en raison de la Covid-19, le fonctionnement des entreprises amorce un retour progressif à la normale avec des collaborateurs qui réinvestissent leur bureau en présentiel. Bien évidemment, la nécessité de remobiliser les équipes s’avère une priorité pour les dirigeants qui ont vu leur productivité lourdement impactée par la pandémie. Voici 7 stratégies d’incentive pour réinsuffler une motivation d’acier à vos employés.

Dynamisez la vie de l’entreprise

En ces temps de crise, chaleur humaine et convivialité doivent être la marque de fabrique de votre culture d’entreprise. Rien de mieux que de petites attentions, à déguster bien sûr, pour donner un coup de peps à l’ambiance de travail entre collègues. Dès le matin, réunissez vos collaborateurs autour d’un petit-déjeuner vitaminé et gourmand. Au moment le plus critique de la journée, optez pour la distribution de fruits pour revigorer les troupes ou prévoyez des glaces en plein été pour rafraîchir les idées de vos employés. Dans tous les cas, surprenez-les et ne transformez pas ces initiatives en routine.

Jouez les prolongations en extérieur

N’hésitez pas à organiser des activités et des sorties collectives en dehors du cadre du bureau. Atelier artistique, soirée bowling ou journée rafting, vous renforcerez la cohésion de vos équipes par des moments de partage au cours desquels les employés se découvriront sous un autre jour. Les événements «cook-out» ont aussi la cote. Du traditionnel pique-nique ou barbecue à la version «cook show» avec chef étoilé, vous donnerez l’envie à vos employés d’accentuer leur engagement dans leur travail.

Offrez du temps libre

Après presque une année passée hors de leur bureau, vos collaborateurs se sont accoutumés à un rythme de travail plus libre, en concordance avec leur mode de vie personnel. Prenez-en acte et gardez en tête qu’en accordant plus de temps libre à vos employés sans nuire à la productivité de l’entreprise, vous contribuez à leur fidélisation. En guise de récompense pour un travail de qualité, offrez des bonus de temps libre de 15 minutes, cumulables entre eux. Et pourquoi ne pas instaurer des jours fériés flottants? À raison d’une ou deux journées par an à prendre à sa guise, vous ferez des heureux.

Créez un wall of fame

L’affichage des performances des employés est une stratégie d’incentive imparable. Sous forme de mur virtuel ou physique, c’est une excellente façon de mettre à l’honneur les talents individuels ou collectifs qui se sont démarqués durant une période donnée ou sur un projet précis. Ce type de reconnaissance renforce les liens entre les salariés et leur employeur, rendant ainsi la collaboration plus pérenne. Complétez ce dispositif par une place de parking VIP, une récompense ou un trophée relais, attribué à l’employé le plus méritant et redistribué au gré des performances de chacun.

Simplifiez les conditions de télétravail

Ne nous voilons pas la face: le home office s’est installé durablement et certains y ont même pris goût. Les dirigeants ont donc tout intérêt à surfer sur cette tendance, qui peut procurer des conditions de travail plus propices au bien-être des employés et à leur engagement. Pour leur faciliter la tâche et optimiser leur productivité, mettez en place des stratégies d’accompagnement du télétravail, en fournissant des équipements informatiques ergonomiques ou en offrant la livraison de repas à domicile. Mettez aussi en place un nombre de jours télétravaillables par semaine afin que vos salariés puissent gérer leur quotidien plus sereinement. Moins stressés au bureau, ils apporteront leur bonne humeur au sein de leur team.

Récompensez régulièrement vos collaborateurs

Pour être efficace, vous devez instaurer un programme de reconnaissance qui soit applicable en temps réel. En ce sens, les plateformes d’avantages comme Swibeco permettent de gratifier facilement vos employés de façon régulière, en attribuant en quelques clics des points à utiliser selon leurs envies. Vous pouvez ainsi déployer un éventail d’avantages diversifiés. L’essentiel étant de vous démarquer et de rendre votre système de benefits attractif pour vos employés, mais aussi dans la perspective de vos recrutements. Séances de massage ou d’aquagym, sorties culturelles, abonnement à des applications comme Spotify, les possibilités sont nombreuses pour récompenser et fidéliser vos collaborateurs.

 

Le bonheur au bureau, on en rêve tous. Les packs d’avantages offerts par les entreprises visent justement à motiver les recrues et augmenter leur satisfaction. Mais on peut contribuer soi-même à ce que son travail soit chaque jour un plaisir. Tour d’horizon en 10 points des petites stratégies qui rendent un employé heureux.

1- Choisis un métier qui te plaît

La citation du philosophe chinois, Confucius, traverse les siècles sans jamais perdre en justesse: « Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie ». En bref, lorsque tu apprécies ce que tu fais, tu ne vois pas le temps passer. Même les tâches les plus ingrates te paraîtront moins fastidieuses, si tu éprouves une vraie passion pour ta profession.

2- Reste fidèle à tes valeurs

Les employés ne sont réellement épanouis que s’ils travaillent au sein d’une société dont les valeurs leur correspondent. Si tu es embauché dans une entreprise qui bafoue tous les principes écologiques alors que tu milites en faveur de l’environnement, tu ne pourras pas être en phase avec toi-même. Ta motivation risque d’être inexistante. Ta présence au bureau te deviendra si insupportable que tu préféreras être n’importe où, sauf au travail.

3- Mise sur un poste qui te laisse du temps libre

Ton bonheur au travail dépend de l’équilibre que tu réussis à instaurer entre ta vie personnelle et ton activité professionnelle. Il n’y a pas de recette miracle, ni de métier idéal, mais il faut que tu puisses profiter d’avantages qui soient en adéquation avec ton mode de vie. Flexibilité des horaires pour faire face aux imprévus, gestion individuelle de son planning pour s’octroyer des week-ends à rallonge, ou télétravail à la carte pour garder les enfants… Aujourd’hui, les entreprises font de réels efforts pour s’adapter aux besoins de leurs collaborateurs.

4- Fixe-toi des challenges de carrière

Le développement professionnel participe au bien-être des employés. Alors, donne une impulsion à ta carrière aussi souvent que possible, en faisant des formations ou en postulant à des postes hiérarchiquement plus élevés. À chaque fois que tu sors de ta zone de confort, tu stimules ta motivation et t’ouvres de nouveaux horizons.

5- Ne te mets pas la pression

Ton employeur attend de toi que tu t’investisses et te montres efficace. Plus tu seras productif, plus il sera satisfait. Mais à trop vouloir en faire, on s’expose parfois au stress et au risque de burn-out. Accepte le travail que tu te sens capable de réaliser dans des deadlines raisonnables et ne te surestime pas pour épater ton patron. Ton bien-être moral en dépend, ainsi que le plaisir que tu prends à travailler.

6- Propose des améliorations

Et si tu agissais pour rendre tous les employés heureux dans ton entreprise? Ce serait une excellente façon d’élever ta quête individuelle de bonheur au travail à un niveau collectif. La communication entre les différents services manque de rapidité ou les équipements de bureau ne sont pas assez ergonomiques? Signale les dysfonctionnements à la direction et propose des solutions, si tu as des idées. Tout ce qui peut favoriser le bien-être de tes collègues ne peut qu’être bénéfique pour toi aussi.

7- Sollicite des feedbacks réguliers

Selon l’étude « Happy at Work » réalisée en 2019, 62% des salariés considèrent que le bonheur au travail est étroitement lié à la pratique des feedbacks au sein d’une entreprise. Les retours sur ton investissement jouent en effet un double rôle. Lorsqu’ils sont positifs, ils te donnent encore plus d’énergie pour poursuivre tes efforts. S’ils s’avèrent moins bons, ils te montrent la voie pour progresser. Dans les deux cas, ils te poussent à toujours te surpasser.

8- Positive en toutes circonstances

Fais partie de ceux qui voient le verre à moitié plein, plutôt qu’à moitié vide. Aborde ton travail sous un angle positif, relativise les difficultés et pratique l’entraide. La solidarité et la coopération doivent devenir aussi sacrées que des totems. Tes collègues adoreront ton état d’esprit optimiste. Et tu agiras aussi sur ton propre moral grâce à ton éternelle bonne humeur.

9- Fais-toi des amis

Comme tu passes la majeure partie de la semaine au bureau, le fait de pouvoir compter sur des amis est essentiel. Tu te sentiras moins seul en cas de problème. Tu pourras te confier à eux, mais aussi décompresser et rire avec eux pendant les pauses. Tu te sentiras bien mieux au travail puisque, quand on rit, on libère des endorphines, les fameuses hormones du bonheur.

10- Aménage ton espace de travail avec soin

Le caractère impersonnel d’un bureau dénote souvent le manque d’envie de s’investir dans son travail ou de prendre vraiment sa place dans l’entreprise. Les traces de café qu’on ne nettoie pas, la poussière qui s’accumule, renvoient une image de négligence qui porte préjudice à l’employé, mais aussi à la société, face à un client. Fais en sorte de transformer ton bureau en un lieu chaleureux, agrémenté de photos, d’un petit cactus à fleurs et de bibelots humoristiques. Idéal pour se donner du peps quand on est fatigué!

L’alimentation est un booster d’énergie pour le corps et le mental, à condition qu’elle soit saine, riche en nutriments et en vitamines. Elle aurait même la vertu de pouvoir rendre vos employés heureux du matin au soir! Tout le contraire de la malbouffe, qui leur fait de l’œil à tous les coins de rue et les séduit souvent par son côté pratique et rapide. En tant qu’employeur, vous pouvez combattre ce fléau et trouver les solutions pour assurer la santé et le bien-être de vos collaborateurs.

Améliorer les habitudes alimentaires des collaborateurs: une priorité pour les employeurs

Inutile de vous échiner à chercher comment rendre vos employés heureux et améliorer leur santé. Une alimentation saine, donnant la préférence aux produits frais, est votre meilleure alliée. Des recherches effectuées à l’université de Constance, en Allemagne, démontrent que la consommation de légumes et de fruits favoriserait un état de bien-être et de bonheur à long terme, alors que les sucreries ne susciteraient qu’un plaisir éphémère. Plusieurs autres études scientifiques révèlent qu’une nourriture variée, riche en fibres, en protéines et en antioxydants, augmente le taux de sérotonine et de dopamine, des hormones qui insufflent bonne humeur et entrain. L’engagement des employés s’en trouve nettement amélioré, de même que leurs capacités de concentration et d’apprentissage.
Nous savions que les chips, gâteaux et bonbons sont mauvais pour la santé physique. Mais les études montrent à présent que la malbouffe n’est pas bonne non plus pour la santé émotionnelle et mentale, qu’elle rend même vos collaborateurs moins performants et moins efficaces, au point de réduire la productivité de votre entreprise jusqu’à 20%. Une mauvaise alimentation a en effet une incidence sur la stabilité émotionnelle, ainsi que sur la vitalité des employés. Elle occasionne des baisses de régime et de la fatigue. Des apports alimentaires mal équilibrés peuvent même engendrer des états dépressifs, propices à la démotivation, au stress et à l’irritabilité. Autant d’effets secondaires, souvent méconnus, qui accroissent le risque d’absentéisme et sont susceptibles de dégrader l’ambiance de travail.

Quelles solutions mettre en place?

Il est important que vous élaboriez une stratégie qui vous permette de contribuer au bien-être de vos collaborateurs et de leur fournir les bases d’une alimentation saine.

1) Repensez les menus de votre cafétéria d’entreprise

Le nerf de la guerre se trouve inévitablement dans les cuisines de votre cafétéria d’entreprise. Développez l’offre de plats végétariens afin d’augmenter l’apport en fruits et en légumes. Diversifiez les menus pour habituer vos collaborateurs à manger une nourriture équilibrée, sans jamais se lasser. Proposez enfin des boissons vitaminées, telles que des jus de fruits frais, pour remplacer les sodas.

2) Adaptez les équipements de votre entreprise

Si les distributeurs automatiques présents dans vos locaux ne laissent le choix qu’entre paquets de bonbons, gâteaux et barres chocolatées, vous incitez vos collaborateurs à la gourmandise sucrée. Garnissez-les plutôt de fruits secs comme des amandes ou des noix, de barres de céréales, ainsi que d’eau minérale et de sachets de thé ou d’infusion pour les collations. Faites de même lors de vos réunions ou événements internes. Vous leur éviterez ainsi les sucres et la caféine, tout en leur apportant des oméga-3, du magnésium et des antioxydants, excellents pour stimuler la mémoire et lutter contre la fatigue.
Prévoyez également un bar à fruits pour la confection de jus riches en vitamines. Et n’oubliez pas d’installer un réfrigérateur dans la salle de pause, afin que les employés qui le souhaitent puissent apporter leur repas maison dans leur bento et le placer au frais jusqu’au repas de midi.

3) Proposez des conseils nutritionnels

Rien de mieux que d’organiser des ateliers de cuisine ou des stages en nutrition pour éduquer vos employés en matière d’alimentation. Ils pourront ainsi apprendre à concocter des recettes rapides et saines, à choisir les aliments en fonction de leur apport nutritionnel et à planifier des menus équilibrés pour toute leur famille.

4) Encouragez une bonne alimentation grâce aux Benefits

Mettez à profit votre package de Benefits pour promouvoir une alimentation saine. Les avantages sociaux offerts aux employés peuvent devenir un levier efficace pour les inciter à tester de nouvelles pratiques alimentaires. Si vous proposez des remises valables dans des boutiques bio ou de produits frais de votre région, ainsi que l’accès aux services d’un naturopathe ou d’un nutritionniste à prix avantageux, vous donnez à vos collaborateurs les moyens d’accéder aux conseils de spécialistes, mais aussi à une alimentation riche et variée.

La Swibeco Lunch Card offre une nouvelle flexibilité pour toutes les entreprises en Suisse. Entièrement repensée, elle permet désormais d’offrir à vos salariés l’équivalent en pouvoir d’achat d’une hausse salariale significative sans augmenter vos coûts de personnel. Les employés qui en bénéficient peuvent l’utiliser dans plus de 35’000 points de vente à travers la Suisse pour leurs repas et même lorsque les restaurants sont fermés ou qu’ils sont en télétravail.

Qu’est-ce qui est nouveau?

Dans la conjoncture bouleversée que nous traversons aujourd’hui, les nouvelles options de la Swibeco Lunch Card vous permettent d’augmenter le pouvoir d’achat de vos salariés, sans même disposer d’un budget pour une allocation repas ou une augmentation salariale. L’idée est simple, mais révolutionnaire: avec la Swibeco Lunch Card, l’employé a la possibilité de transférer lui-même une partie de son salaire brut sur sa carte repas afin de bénéficier des avantages en matière de fiscalité.

La Swibeco Lunch Card offre en effet deux nouvelles alternatives aux employeurs:

1. Vous ne disposez d’aucun budget et ne contribuez pas aux dépenses de repas:
L’employé peut choisir librement de convertir sur sa Lunch Card jusqu’à CHF 180.- par mois (maximum légal) d’équivalent salaire. Grâce à cette optimisation fiscale (économie de contributions sociales employeur et employé et économie d’impôt sur le revenu), il peut ainsi jusqu’à doubler son pouvoir d’achat en comparaison avec le même montant versé en salaire.

2. Vous disposez d’un petit budget pour contribuer partiellement aux frais de repas:
Dans ce cas, l’employé peut compléter cette somme jusqu’à hauteur de CHF 180.- par mois par une conversion de salaire brut ou net. De son côté, l’entreprise, qu’elle contribue ou non aux frais de repas, réalise des économies sur les charges sociales qu’elle peut utiliser pour financer le système et/ou redistribuer les montants économisés à l’employé.

Comment ça fonctionne?

Vous pouvez introduire la Swibeco Lunch Card très facilement, car entièrement digitalisé et automatisé, le système ne requiert pas de ressources RH ou de gestion supplémentaire de la part de l’entreprise. La plateforme en ligne, entièrement personnalisable pour chaque entreprise, offre un processus administratif complet: envoi d’e-mails à chaque collaborateur avec présentation de la Swibeco Lunch Card, simulateur d’économie, fenêtres d’acceptation ainsi que création automatisée et gestion d’avenants au contrat de travail pour chaque collaborateur.

Cette courte vidéo vous explique les nouveaux avantages de la Swibeco Lunch Card

Offrez l’équivalent d’une augmentation salariale

Avec ces nouveaux avantages, la Swibeco Lunch Card devient accessible à toutes les entreprises, quelle que soit leur taille ou leur santé financière. Même sans aucun budget RH supplémentaire, elle leur permet de proposer aux employés qui le souhaitent l’équivalent d’une agréable augmentation de salaire. La Swibeco Lunch Card est donc une solution simple et avantageuse pour tous, offrant une alternative intéressante, particulièrement en temps de crise, aux entreprises qui ont peu ou pas de marge de manœuvre financière pour motiver et renforcer l’engagement de leurs équipes.

La Swibeco Lunch Card est acceptée partout

Solution simple et entièrement défiscalisée, la Swibeco Lunch Card propose le réseau d’acceptation le plus large de Suisse. Elle est valable dans plus de 35 000 établissements acceptant la carte VISA, soit dans tous les restaurants, take-aways, boulangeries, épiceries, cafés, fast-foods et même tous les supermarchés pour une pause repas sans cesse renouvelée.

Plus d’informations et démo gratuite

Face à la pénurie des talents, il est plus que jamais crucial de choyer vos collaborateurs. Et ce n’est pas en offrant quelques extras ponctuels, en sus du salaire fixe, que vous ferez la satisfaction de vos salariés. Aujourd’hui, vous devez rivaliser d’ingéniosité pour vous démarquer sur le marché du travail, en concoctant un programme de Benefits original. Pour vous y aider, voici 10 avantages insolites proposés par des entreprises innovantes qui ont choisi de sortir des sentiers battus.

1- Des vacances illimitées

Abandonnez le sacro-saint quota de congés imposés et encouragez vos collaborateurs à prendre des vacances sans restriction. Ils seront moins stressés et plus productifs. Aux États-Unis, Netflix a ouvert la voie en 2004, puis d’autres entreprises ont sauté le pas, comme Indeed ou General Electric. La société française OpenClassroom va même plus loin, en offrant une prime de 1000 euros aux salariés prenant plus de 15 jours de vacances.

2- Un salaire à la carte

Tout comme la start-up Fasterize en France, l’entreprise londonienne Smarkets a misé sur un avantage employé qui révolutionne l’univers professionnel: elle propose à ses salariés de fixer leur propre salaire. Avec la crise actuelle, ce principe présente de sérieux atouts pour booster la motivation de vos collaborateurs. N’allez pas croire que les employés demandent des sommes exorbitantes. Au contraire, ils font preuve de bon sens et comparent leur travail avec celui de leurs collègues pour évaluer ce que vaut leur engagement au quotidien.

3- Des congés maternité et paternité à rallonge

L’arrivée d’un bébé désorganise le quotidien, même le mieux rodé. Alors, chez Netflix, on peut s’octroyer des congés illimités durant la première année, afin de profiter pleinement de son bout de chou ou s’absenter en cas d’urgence. Spotify et Facebook vont dans le même sens, en accordant respectivement jusqu’à 24 et 17 semaines de congés.

4- Le « baby cash »

Et si vous faisiez comme Facebook? La firme américaine donne un coup de pouce aux jeunes parents grâce à une prime de naissance de 4000 dollars. Le spécialiste en immobilier, Zillow, prend quant à lui en charge les frais de livraison de lait maternel quand les mamans sont obligées de partir en déplacement.

5- Des trottinettes de fonction

Le transport est le casse-tête de la majorité des employés. La petite nouveauté? Certaines entreprises, comme le groupe Orangina-Schweppes, expérimentent la trottinette de fonction électrique pour allier écologie, facilités de déplacement et autonomie des salariés.

6- Le bénévolat rémunéré

Étrange concept que celui de payer ses salariés pour leurs activités de bénévolat. C’est pourtant l’idée sur laquelle a misé le créateur de logiciels, Salesforce, pour renforcer la motivation de ses collaborateurs. Non seulement il leur accorde 6 jours de congés payés dédiés à une activité bénévole, mais il octroie même 1000 dollars en faveur de leur association s’ils utilisent tout leur temps de bénévolat rémunéré.

7- Des voyages et des loisirs gratuits

Offrir des escapades gratuites à vos employés est un avantage d’entreprise qui fera pâlir de jalousie vos concurrents. Chez Airbnb, les salariés ont droit à une prime de 2000 dollars pour voyager, à condition qu’ils choisissent un des hébergements proposés par la société. La compagnie des CFF a choisi une autre option, en offrant des trajets illimités en train dans toute la Suisse. Idéal pour voir du pays! Du côté de la Walt Disney Company, le personnel bénéficie d’entrées gratuites dans les parcs d’attractions de la société, tandis que l’équipementier sportif, Burton Snowboards, offre des vacances au ski pour récompenser l’engagement de ses collaborateurs et renforcer leur loyauté à l’entreprise.

8- Des Benefits dédiés aux animaux de compagnie

De plus en plus d’employeurs acceptent que leurs collaborateurs viennent au bureau avec leur compagnon à quatre pattes. Le groupe japonais, Ferray Corporation, offre même une indemnité équivalant à 35 euros par mois pour les inciter à amener leur chat, dont le côté apaisant réduit naturellement le stress. Le géant Google a mis en place un service de garderie animale, tandis que PetSmart ou Zynga prévoient des réductions sur les produits vétérinaires et les assurances de santé pour chiens et chats.

9- Le « whiskey day »

Un avantage employé qui crée de la convivialité dans l’entreprise? C’est le défi que relève le « Whiskey Friday » de Dropbox. Les collaborateurs se retrouvent une fois par semaine autour d’un bon verre pour décompresser. Apple place le curseur plus haut, en organisant des soirées bière auxquelles sont conviées des célébrités.

10- Des yachts à disposition

La société automobile J.M. Family Enterprises vogue sur des avantages d’entreprise haut de gamme. Elle permet à ses meilleurs employés de profiter de sa flotte de yachts durant les week-ends. Un petit luxe non négligeable pour récompenser l’engagement des collaborateurs, surtout s’ils ont le pied marin.

En bref, gardez à l’esprit qu’un employé heureux est 31% plus productif et 55% plus créatif, selon une étude réalisée en 2018 par le MIT et Harvard. Faites donc preuve d’inventivité dans le choix des Benefits pour garantir la satisfaction de vos salariés. Vous avez tout à y gagner.

L’image de marque de votre entreprise repose pour beaucoup sur la satisfaction des clients. Mais il est un point qu’on néglige souvent: l’importance des salariés dans l’élaboration et le renforcement de la marque employeur. Ils peuvent même devenir un excellent tremplin pour accroître votre réputation auprès d’un large public. Votre meilleur atout pour y parvenir? Une stratégie d’employee advocacy, basée sur la valorisation de vos collaborateurs et leur épanouissement au travail, afin d’en faire les meilleurs ambassadeurs de votre marque.

Assurez la satisfaction de vos employés au quotidien

À tout bon employeur, bon ambassadeur de marque! Telle est la devise que vous devez adopter pour réussir votre programme d’employee advocacy. En clair, un employé qui trouve le bonheur au travail et respecte l’entreprise pour laquelle il œuvre au quotidien diffusera autour de lui une image positive de son employeur, aussi bien auprès de ses connaissances que de ses followers sur le Net. Et c’est bien connu, le bouche-à-oreille a la capacité de relayer une bonne réputation bien plus vite et efficacement qu’une campagne publicitaire ponctuelle et ciblée.

À vous de faire fructifier le capital de notoriété que peuvent vous apporter vos salariés, en leur offrant une expérience de travail épanouissante au sein de votre entreprise. Votre challenge: assurer leur fidélisation en comblant leurs attentes, exactement comme vous le faites avec vos clients. Offrez-leur une expérience employé qualitative, en développant l’accès à des parcours de carrière diversifiés. En les assistant dans leur désir d’évolution professionnelle, vous contribuez à la valorisation de vos collaborateurs tant au niveau des compétences individuelles que de la confiance en soi.

L’environnement et les conditions de travail sont aussi un levier de motivation sur lequel vous pouvez vous appuyer pour rendre vos salariés heureux. Outre des bureaux accueillants et bien équipés, misez par exemple sur des zones de détente avec baby-foot, table de ping-pong ou consoles de jeux. Entretenez également le moral de vos collaborateurs en proposant des ateliers créatifs, des séances de sport, des afterworks ou des voyages d’entreprise qui développeront leur complicité et leur esprit d’équipe. Grâce à une organisation souple et ajustable à leurs contraintes quotidiennes, vous les aiderez aussi à trouver un bon équilibre entre leurs occupations professionnelles et familiales. Horaires décalés ou journées en home-office sont des solutions faciles à mettre en place et propices à la satisfaction des employés. Complétez ces facilités de travail par un système d’avantages parfaitement connecté aux besoins de vos salariés et vous aurez des ambassadeurs de marque conquis. En leur faisant bénéficier d’avantages sociaux, de services divers à moindre coût ou de réductions sur des produits de consommation courants, vous leur donnerez à coup sûr l’envie de vanter les mérites de votre entreprise.

Entourez-vous d’une équipe d’influenceurs motivés

Savez-vous qu’une démarche d’employee advocacy efficace peut multiplier par 14 la visibilité de votre marque, selon Sociallymap? Ce constat devrait inciter les employeurs qui négligent cet atout marketing à changer radicalement de stratégie. Il suffit d’ailleurs de quelques astuces simples pour transformer vos employés en ambassadeurs de marque.

a) Dénicher les collaborateurs les plus actifs
Avant toute chose, analysez vos ressources internes en repérant les employés les plus influents sur les réseaux sociaux. Le nombre de followers, de like et de posts est un critère de mesure fiable de leur potentiel d’audience et de leur réactivité pour faire rayonner votre e-réputation sur la Toile.

b) Privilégier des canaux multiples
C’est en diversifiant les supports de communication que vous pourrez donner plus d’aura à votre marque employeur. Les réseaux sociaux comme LinkedIn ou Twitter offrent une réelle visibilité grâce aux comptes personnels des employés. Mais vous pouvez aussi créer votre propre blog ou la page Facebook de votre entreprise, sur lesquels les salariés pourront partager leurs commentaires et réagir à vos publications. Certains employeurs choisissent de définir une ligne éditoriale, centrée par exemple sur l’actualité de la société ou les innovations en lien avec son activité, afin d’orienter les sujets abordés par les influenceurs. Le tout étant de ne pas tomber dans le piège des commentaires trop élogieux afin que les contributions des employés restent authentiques.

c) Motiver ses micro-influenceurs
Vos ambassadeurs de marque seront d’autant plus disposés à faire la promotion de votre entreprise que vous leur donnerez l’envie de s’impliquer. Encouragez leurs contributions sur les réseaux sociaux ou votre site web en proposant des opérations pour les motiver, telles que des jeux en ligne ou la participation à des séminaires. La société de télécommunications Swisscom, par exemple, récompense ses influenceurs les plus actifs par des points leur donnant droit à des bons d’achat ou des cadeaux.

Les réunions de travail avec son chef font partie des tâches auxquelles tout bon collaborateur doit s’astreindre. Impossible d’y échapper! Elles sont même cruciales pour le bon déroulement des projets et une coopération parfaitement ajustée entre les différents membres de l’équipe. Le problème, c’est qu’on s’en remet souvent à son supérieur pour assurer leur efficacité. Or, les employés ont aussi un rôle à jouer pour les rendre fructueuses. Voici 6 conseils qui t’aideront à réussir haut-la-main tous les entretiens avec ton manager.

1- Fixer un ordre du jour clair

Si tu arrives les mains dans les poches sans avoir réalisé le moindre travail de préparation, l’entrevue avec ton chef risque de tourner court et de laisser chacun insatisfait. L’improvisation est l’ennemi n° 1 d’un débriefing de qualité entre collaborateurs. L’enjeu de la réunion doit être parfaitement établi, de même que les différents sujets à aborder. Si c’est ton supérieur qui a sollicité ce tête-à-tête, n’hésite pas à lui demander les points qu’il souhaite traiter afin de pouvoir mieux t’organiser, apporter les documents nécessaires et ébaucher une réflexion préalable. Dans le cas où tu serais à l’initiative de cette réunion, envoie un mail à ton manager pour lui donner un aperçu synthétique de l’ordre du jour.

2- Faire le point sur les dossiers en cours

Pour bien débuter un meeting en one-on-one, il convient d’informer ton patron de l’avancée des projets, des résultats obtenus, des retards ou du changement de cap de certains dossiers en fonction des demandes des clients. Bien sûr, il faut t’en tenir aux grandes lignes et ne pas entrer dans les détails, au risque de perdre un temps précieux pour les sujets qui méritent d’être approfondis.

3- Aborder les problèmes

Cette discussion avec ton supérieur est l’occasion idéale pour soulever les problèmes liés à la gestion de certains dossiers. Cette approche critique nécessite évidemment une préparation de ta part. Avant la date de la rencontre, recense les difficultés rencontrées pour mener à bien tes projets, telles que les lenteurs administratives entre les différents services, les lacunes dans le suivi client, etc. Tu pourras ainsi mettre à profit la réunion pour demander des suggestions et remédier à ces problèmes. Soucieux de la satisfaction de ses employés et du bon fonctionnement de l’entreprise, ton patron aura à cœur de répondre à tes questions ou de les faire remonter à sa hiérarchie. Montre-toi aussi proactif en faisant des propositions. Cette concertation commune permettra de trouver la meilleure réponse aux dysfonctionnements internes.

4- Respecter le timing

Le problème avec les entrevues avec son patron, c’est que le temps est souvent compté car chacun a son lot de taches à effectuer et de rendez-vous à honorer dans la journée. Autant dire que tu n’as d’autre choix que d’avoir une organisation au top et une préparation millimétrée pour éviter les digressions et parer au plus urgent. En cas d’imprévu, il vaut mieux demander à reporter la réunion que d’avoir un face-à-face bâclé qui n’aboutira pas et nécessitera… un nouveau rendez-vous!

5- Pérenniser son investissement dans l’entreprise

Ces réunions sont une véritable opportunité pour montrer ta motivation et ton désir de progresser. Si un autre secteur d’activité de l’entreprise te passionne ou que tu aspires à plus de responsabilités, fais-en part à ton chef au détour de la conversation. Il pourra ainsi te conseiller des formations ou t’arranger une rencontre avec le responsable d’un autre service. De même, si le rythme de travail que t’impose ton supérieur te paraît difficile à tenir, profites-en pour le lui dire. Avec tact et diplomatie bien sûr, car ton but n’est pas de le froisser. Vous pourrez réfléchir ensemble au meilleur moyen d’améliorer tes conditions de travail et d’entretenir ta motivation.

6- Prévoir les prochaines actions

Ne quitte pas le bureau de ton chef sans avoir une feuille de route claire pour les semaines à venir. Afin de garantir une coopération efficace, chacun doit savoir quelles sont les tâches prioritaires qui lui incombent, qu’il s’agisse de contacter un client, de de préparer une présentation ou de consulter le PDG. Cette check-list peut s’accompagner d’un planning qui te permettra d’avoir une visibilité sur les étapes à venir. Après la réunion, dresse un compte rendu concis des actions prévues et fournis-en un exemplaire à ton supérieur. Au vu de son emploi du temps chargé et des différents projets qu’il doit mener de front, il appréciera cette initiative, qui lui permettra d’avoir un récapitulatif sous la main et de ne pas te convoquer à nouveau pour lui rafraîchir la mémoire!

La rémunération de base à elle seule ne fait plus le bonheur des employés suisses. C’est le constat que l’on peut désormais faire au sein des entreprises. Un bon salaire n’est plus aujourd’hui perçu comme une raison suffisante pour se sentir heureux et épanoui dans son emploi. Cela contraint les employeurs à trouver de nouveaux leviers de motivation et d’attractivité pour conquérir et satisfaire leurs collaborateurs.

1) Les nouveaux facteurs de motivation des collaborateurs suisses

Pour les employés suisses, le salaire ne figure plus dans le top 3 des critères garantissant le bonheur au travail. La balance penche désormais en faveur de facteurs de motivation liés au bien-être et à l’épanouissement personnel, ainsi qu’à la dimension humaine des relations professionnelles. Alors qu’en 2016, un sondage réalisé par Willis Towers Watson auprès de 400 salariés suisses plaçait encore la rémunération en 2e position, une étude Deloitte de 2019 montre une nette évolution. Pour être heureux au travail, les collaborateurs veulent aujourd’hui avant tout des dirigeants compétents, une définition précise de leurs responsabilités et des relations fondées sur le respect et la confiance. Si ces préférences contrastent avec celles de pays comme l’Allemagne ou la France où le salaire tient encore une place prépondérante, cela pourrait être lié à un marché de l’emploi plus favorable en Suisse où le chômage est plus faible et les revenus médians élevés. Force est toutefois de constater des différences entre les générations. La sécurité du poste et les possibilités de développement s’avèrent primordiales pour les moins de 35 ans, peut-être en raison de leur jeune âge et de leur peur de la précarité. À l’inverse, leurs aînés de plus de 55 ans considèrent que le bonheur au travail dépend surtout de l’utilité de leur activité professionnelle et de sa correspondance avec leurs valeurs personnelles.

2) Bien-être financier des employés: un enjeu pourtant crucial pour l’employeur

La sérénité financière des employés doit néanmoins être prise au sérieux par les entreprises. Si les soucis d’argent et les fins de mois difficiles prennent le dessus, ils peuvent avoir une incidence négative sur le niveau de productivité de vos collaborateurs et leur santé psychologique. Une étude de Barclays révèle que le stress financier occasionne une perte de profit de 4% pour les employeurs. Si l’on considère que 15% des employés suisses se sentent anxieux selon l’enquête Workforce View in Europe de 2018, il devient très facile d’imaginer l’impact que pourrait avoir la généralisation du mal-être financier parmi vos salariés.
Au-delà du salaire de base, les programmes de Benefits et les récompenses participent à la satisfaction et à la motivation de vos collaborateurs au sein de votre entreprise. À condition, du moins, qu’ils connaissent parfaitement les avantages employés dont ils peuvent bénéficier en fonction de leurs besoins. Or, c’est là que le bât blesse car nombre de collaborateurs n’ont pas conscience ou ne sont pas au courant des avantages complémentaires à la rémunération auxquels ils ont droit, si bien qu’ils n’en profitent pas pleinement et ne perçoivent pas les efforts réalisés par l’entreprise pour les soutenir financièrement. Pour pallier ce problème, c’est donc à l’employeur de déployer une stratégie de communication suffisamment claire, qui valorise les récompenses et avantages sociaux offerts aux collaborateurs et en décrypte le fonctionnement. Celle-ci doit débuter dès la phase de recrutement et se poursuivre tout au long de la carrière, afin de garantir son efficacité et de sensibiliser les employés à l’ensemble de leur rémunération, salaire, cadeaux, rabais et autres avantages annexes compris.

3) Développer un système d’avantages complémentaires attractif

Puisque le salaire n’est plus le saint Graal, il convient de trouver des leviers de motivation des collaborateurs mieux ciblés, permettant de booster leur pouvoir d’achat autrement. De la même façon que les modalités de travail doivent évoluer avec le recours au home office ou à la flexibilité des horaires, la rémunération doit s’adapter à ces nouveaux enjeux en incluant un éventail d’avantages sociaux et de récompenses annexes, en complément du salaire. Participation aux frais de transport, de repas ou de scolarité, plan de prévoyance attractif, assurance-maladie, remises permanentes auprès de grandes enseignes… Les possibilités sont nombreuses, l’essentiel étant de rendre votre système d’avantages personnalisable afin de pouvoir répondre de manière individuelle et satisfaisante aux différents profils de salariés. À la fois flexible et défiscalisé, votre package de Benefits représentera une valeur ajoutée substantielle par rapport à la rémunération de base. Il jouera ainsi son rôle tant au niveau de l’amélioration du bien-être financier des employés au quotidien que de leur engagement dans l’entreprise à long terme.